Retraites : « Nous voulons créer l’âge d’équilibre » pour inciter à travailler plus longtemps, selon le Premier ministre

Retraites : « Nous voulons créer l’âge d’équilibre » pour inciter à travailler plus longtemps, selon le Premier ministre

Interrogé lors des questions d’actualité du Sénat, Édouard Philippe a indiqué que l’heure des « discussions pointues », sur un texte qui n’est pas encore soumis au Conseil des ministres, n’était pas encore venue.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les sénateurs qui espéraient ce mercredi, pour la deuxième séance de questions d’actualité au gouvernement de l’année, des réponses précises sur la réforme des retraites en seront pour leurs frais. Le sénateur du groupe RDSE (à majorité radicale), Jean-Marc Gabouty, se demandait si la présence d’un âge d’équilibre était compatible avec un système à point et si la notion de retraite à taux plein n’allait pas disparaître.

Le préambule du chef du gouvernement a quelque peu douché les espoirs du sénateur d’avoir des explications détaillées. Le projet de loi est « en préparation », les discussions sociales se poursuivent. Ce n’est qu’une fois que la discussion parlementaire commencera, que « nous pourrons engager une discussion précise sur l’ensemble des articles », a promis le Premier ministre. « N’allons pas plus vite que la musique, s’agissant de discussions pointues sur des articles d’un texte qui n’est pas encore soumis au Conseil des ministres », précise-t-il encore, dans un brouhaha de l’hémicycle.

Le Premier ministre a tenu à clarifier deux notions : l’âge légal et l’âge d’équilibre, que le gouvernement « veut créer » pour « inciter » les Français à travailler plus longtemps. « Ce ni un gros mot ni un scandale », a-t-il ajouté. L’âge légal ne sera pas supprimé car « il faut laisser la possibilité à 62 ans aux Français de faire valoir leurs droits à la retraite », a expliqué Édouard Philippe.

Parallèlement, assurer l’équilibre du régime suppose ne pas brandir « l’arme » de l’âge légal (comme le préconise la droite), selon lui. Une solution « aveugle », qui ne tiendra pas compte des parcours professionnels.

Édouard Philippe a, en outre, précisé que le temps du débat au Parlement se ferait « avec l’ensemble des indications nécessaires ».

Dans la même thématique

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Retraites : « Nous voulons créer l’âge d’équilibre » pour inciter à travailler plus longtemps, selon le Premier ministre
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Retraites : « Nous voulons créer l’âge d’équilibre » pour inciter à travailler plus longtemps, selon le Premier ministre
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le