Retraites : « Pas d’impasse, ni de crise » après l’échec de la réunion à Matignon, selon Xavier Iacovelli

Retraites : « Pas d’impasse, ni de crise » après l’échec de la réunion à Matignon, selon Xavier Iacovelli

Le sénateur Renaissance des Hauts-de-Seine estime qu’il n’y avait « aucune surprise » sur l’issue de la rencontre entre la Première ministre et les organisations syndicales ce 5 avril. « Il n’y a pas plus de crise à la sortie de cette réunion », assure-t-il.
Guillaume Jacquot

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après avoir claqué la porte des consultations à Matignon, constatant l’absence de compromis, l’intersyndicale a considéré que la France s’installait dans « une grave crise démocratique ». Une lecture que conteste le sénateur Xavier Iacovelli, membre du bureau exécutif de Renaissance. « Je ne pense pas qu’on soit ni dans l’impasse, ni dans la crise. Je pense qu’il faut mesurer le poids des mots », a réagi cet ancien élu de Suresnes, sur le plateau de Public Sénat.

Selon lui, les deux parties étaient sur des temporalités différentes. « Je pense qu’il n’y avait aucune surprise sur cette réunion et il n’y a pas plus de crise à la sortie de cette réunion. Il y avait un gouvernement, effectivement, qui pense à l’avenir du pays autour de cette table, et il y en avait d’autres qui pensent surtout à mobiliser pour demain, et c’est tout fait légitime. Je n’ai pas de souci avec ça, sauf qu’on n’était pas dans le même calendrier. »

Appelant à « maintenir le dialogue social », qui n’a « jamais été rompu », Xavier Iacovelli estime qu’il faut « continuer à aller de l’avant ». « Tout ne tourne pas autour de la question des retraites », insiste-t-il, en citant notamment le partage de la valeur et la question du temps de travail.

Et d’ajouter : « La démocratie ne se joue pas au pénalty, une réunion ne peut pas remettre en cause tout le travail qui a été fait pendant des mois, les 180 heures que nous avons eues au Parlement sur cette réforme. » Il rappelle que des concertations ont eu lieu en amont avec les syndicats et que ces derniers avaient obtenu des avancées, notamment sur la pénibilité, à travers l’instauration d’un index senior.

Ce mercredi marquait la première rencontre entre Première ministre et les organisations syndicales depuis la présentation le 10 janvier de la réforme.

Dans la même thématique

Retraites : « Pas d’impasse, ni de crise » après l’échec de la réunion à Matignon, selon Xavier Iacovelli
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le