Retraites : Roussel (PCF) accuse Macron d’être “le représentant d’un clan”

Retraites : Roussel (PCF) accuse Macron d’être “le représentant d’un clan”

Le chef du PCF, Fabien Roussel, a accusé dimanche Emmanuel Macron d'être "le représentant d'un clan", le numéro 2 des...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le chef du PCF, Fabien Roussel, a accusé dimanche Emmanuel Macron d'être "le représentant d'un clan", le numéro 2 des Républicains Guillaume Peltier appelant aussi le chef de l'Etat à "démontrer qu'il "n’est pas seulement le président des hauts fonctionnaires et des banquiers d’affaires".

"J'en appelle au président de la République qui doit être le garant de l'unité de la nation", déclaré le secrétaire général du PCF dans l'émission "Questions politiques" de France Inter, avec Le Monde et France Télévisions.

"Il doit se poser en rassembleur et se mettre au-dessus de la mêlée, ce n'est pas ce qu'il fait", a-t-il poursuivi.

Emmanuel Macron est, selon lui, "aujourd'hui le représentant d'un clan" : "Il est le défenseur des fonds de pensions américains, avec BlackRock, alors que ce que nous attendons d'un président c'est qu'il rassemble l'ensemble des Français".

A droite, le vice-président délégué du parti Les Républicains Guillaume Peltier va dans le même sens. Il a estimé dimanche, dans l'émission "Dimanche en politique" de France 3, qu'avoir remis la Légion d'honneur à Jean-François Cirelli, gérant de Black Rock en France, était "au pire un scandale, au mieux une incroyable maladresse". Offrir cette distinction "en pleine crise sociale est imprudent. Nous demandons, avec le député Olivier Marleix qui avait déjà alerté, des comptes sur la confusion des genres", a-t-il ajouté.

Pour lui, Emmanuel Macron "doit démontrer qu’il n’est pas seulement le président des hauts fonctionnaires et des banquiers d’affaires".

Concernant les retraites, il a estimé qu'il fallait que le président disent, en "geste d'apaisement": "j’ai entendu les Français et nous retirons le projet".

Pour lui, "Emmanuel Macron ne réforme pas, il fracture". M. Peltier a rappelé que LR déposerait "une proposition de loi dans le cadre de la pénibilité, qui remplacera les régimes spéciaux : pour les métiers difficiles, reconnus par la médecine du travail, une bonification d’un an de cotisation tous les 5 ans".

Fabien Roussel a aussi estimé qu'il fallait "sortir de ce climat de tension, de conflit permanent dans lequel nous sommes". Pour lui, "ce ne serait pas humiliant" pour le chef de l'Etat "qu'il retire sa réforme. Au contraire, ce serait reprendre la main et ouvrir le dialogue".

"On n'y comprend plus rien à sa réforme des retraites, elle devient floue, complexe, usine à gaz", "il ne prévoit pas l'avenir, il est en train de le tuer", a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Retraites : Roussel (PCF) accuse Macron d’être “le représentant d’un clan”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le