Retraites: un projet “mauvais” pour tous les Français, selon Quatennens et Coquerel (LFI)

Retraites: un projet “mauvais” pour tous les Français, selon Quatennens et Coquerel (LFI)

Les députés La France insoumise Adrien Quatennens et Eric Coquerel ont de nouveau appelé jeudi le gouvernement à retirer son...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les députés La France insoumise Adrien Quatennens et Eric Coquerel ont de nouveau appelé jeudi le gouvernement à retirer son projet de réforme des retraites qui sera selon eux "mauvais pour l'ensemble des Français".

"Emmanuel Macron fait ce pari que la jalousie des Français entre eux va être supérieure à l'aspiration générale à de bonnes retraites", a affirmé Adrien Quatennens sur France Bleu Nord.

Mais "ce n'est pas aujourd'hui le mouvement social des régimes spéciaux. L'ensemble des professions seront concernées", a ajouté le numéro 2 de La France insoumise, selon qui "tout le monde sera perdant".

"Il n'y a qu'un seul objectif aujourd'hui et dans les jours qui suivront, c'est que le gouvernement batte en retraite, qu'Emmanuel Macron retire sa réforme pour qu'on en fasse une autre", a-t-il ajouté.

Il faut "que le gouvernement soit obligé de retirer son projet" qui "est mauvais dans son ensemble et pour l'ensemble des Français", a de son côté affirmé le député de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel sur Radio Classique.

"Le plus efficace, à un moment donné, c'est une grève générale reconductible" qui serait "le meilleur moyen de faire céder le gouvernement", a-t-il ajouté.

Pour M. Quatennens "on devrait pouvoir partir dès 60 ans et avec un niveau de pension digne" soit "aucune pension sous le Smic pour une carrière complète". "Tout ça est absolument finançable", a-t-il ajouté, appelant à "étendre la reconnaissance de la pénibilité à d'autres métiers".

"Les Français aujourd'hui ont une moyenne de vie en bonne santé à peu près égale à il y a 10 ans, par contre ils travaillent plus longtemps", a ajouté M. Coquerel, en refusant une logique "mauvaise économiquement" et "tout simplement pour des problèmes civilisationnels".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Retraites: un projet “mauvais” pour tous les Français, selon Quatennens et Coquerel (LFI)
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le