Révision constitutionnelle : Pierre Laurent est (presque) favorable au référendum

Révision constitutionnelle : Pierre Laurent est (presque) favorable au référendum

Le sénateur communiste n’est pas hostile à ce que la révision constitutionnelle emprunte la voie référendaire. Néanmoins, cette option devrait, selon lui, être précédée d’un grand débat national qui associerait les citoyens à la discussion.   
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Bras de fer. Mardi, le Premier ministre recevra les présidents des groupes parlementaires afin de leur présenter le projet de révision constitutionnelle de l’exécutif. Au menu : réduction d’un tiers du nombre de parlementaires, introduction d’une dose de proportionnelle aux élections législatives, suppression de la Cour de justice et le point d’achoppement principal : la limitation à trois mandats successifs pour les parlementaires et les présidents d’exécutif local. Ce point, le président du Sénat en a fait sa ligne rouge. Emmanuel Macron semble tout aussi inflexible. Gérard Larcher pourrait bloquer le vote du Congrès, indispensable à la validation de la révision constitutionnelle et Emmanuel Macron pourrait enjamber les deux assemblées en passant par la voie référendaire. Pierre Laurent, lui, regrette que ces « négociations » se déroulent à guichets fermés « entre la droite et En marche ! » et appelle à ouvrir le débat aux citoyens.

« Si on va vers une révision constitutionnelle d’ampleur, moi je suis plutôt partisan que les Français soient d’abord associés, il faudrait qu’ils le soient en amont »

Si le sénateur communiste est loin de s’enthousiasmer du projet de réforme de l’exécutif, il n’exclut pas la voie référendaire. « Si on va vers une révision constitutionnelle d’ampleur, moi je suis plutôt partisan que les Français soient d’abord associés, il faudrait qu’ils le soient en amont, à la discussion sur ce projet et ensuite consulter », explique Pierre Laurent qui pose toutefois des conditions. « L’inconvénient d’un référendum c’est qu’on répond par oui ou par non à un projet qui est déjà ficelé », observe-t-il. C’est la raison pour laquelle le groupe communiste organise un colloque ouvert au public au Sénat, ce lundi, « Face à la crise démocratique : quelle révolution constitutionnelle ? »

« Le cœur du système démocratique devrait être les citoyens et le Parlement et pas l’Élysée »

Révision constitutionnelle : Pierre Laurent redoute « une concentration toujours plus grande des pouvoirs dans les mains du président de la République »
01:38

Sur le fond de la révision constitutionnelle esquissée par l’exécutif, le sénateur communiste se dit « très inquiet ». Selon lui, la diminution du nombre de parlementaires conduira à « un recul de la démocratie de proximité et une concentration toujours plus grande des pouvoirs dans les mains du président de la République avec un recul de l’initiative législative du Parlement qu’on veut cantonner à une espèce de rôle de contrôle ».  À son sens, « le cœur du système démocratique devrait être les citoyens et le Parlement et pas l’Élysée ». Pierre Laurent s’emporte contre la « présidentialisation totalement folle de la vie politique qui fait tout tourner autour des pouvoirs du président de la République ».

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le