Roger Karoutchi dénonce les « choix de libéral profond » d’Emmanuel Macron

Roger Karoutchi dénonce les « choix de libéral profond » d’Emmanuel Macron

Le sénateur LR des Hauts-de-Seine dénonce « les choix politiques qui sont faits (par Emmanuel Macron), qui sont très ciblés, qui sont vraiment des choix de libéral ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Roger Karoutchi a-t-il changé de couleur ? Interrogé dans l’émission Sénat 360, sur Public Sénat, suite à l’interview télévisée d’Emmanuel Macron, le sénateur LR des Hauts-de-Seine a regretté la politique trop « libérale » du chef de l’Etat.

Invité à revenir sur l’emploi du mot « bordel » par le Président, Roger Karoutchi n’y a pas vu un problème, à l’inverse de sa politique : « Ce n’est pas le fait d’utiliser tel ou tel mot qui peut me choquer. Il a 39 ans, il ne faut pas imaginer qu’il allait parler comme Molière. Car ce n’est pas tellement le problème. Le problème, ce sont les choix politiques qui sont faits, qui sont très ciblés, qui sont vraiment des choix de libéral mais de libéral profond. De philosophie libérale » juge le sénateur des Hauts-de-Seine, par ailleurs sarkozyste de longue date.

« Une fois créées toutes ces richesses, le côté répartition est moins net »

Quant à l’emploi du mot « premier de cordée », « on peut comprendre (cette notion). Je suis de ceux qui disent « tous ceux qui peuvent libérer les énergies, les initiatives, c’est une bonne chose ». (…) Le petit problème quand même hier, c’est qu’en revanche, une fois créées toutes ces richesses, le côté répartition était moins net » critique encore Roger Karoutchi. Et d’ajouter : « Tout le monde n’est pas premier de cordée ».

Reprenant un thème défendu pendant la campagne par les sarkozystes auprès de François Fillon, avant que le candidat ne soit emporté par les affaires, Roger Karoutchi estime qu’« il faut peut-être un peu plus parler aux classes moyennes, aux gens modestes, à ceux qui ont besoin de la solidarité  nationale, même si je suis plutôt pour la solidarité et pas pour l’assistanat. Oui au premier de cordée, mais il ne faut pas oublier ceux qui sont au bout de la cordée quoi ».

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le