Roger Karoutchi « réfléchit » à être candidat à la présidence des LR

Roger Karoutchi « réfléchit » à être candidat à la présidence des LR

Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine, était ce matin l’invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio. Il envisage de briguer la présidence des Républicains.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Xavier Bertrand a annoncé hier, dans le JDD, renoncer à se présenter à la tête des LR. Il préfère appuyer la possible candidature de Valérie Pécresse et rejette celle de Laurent Wauquiez, dont il dénonce la ligne ultra-droitière.

« À ma connaissance, Pécresse n’a toujours pas dit qu’elle était candidate », rappelle Roger Karoutchi avant de confier qu’il « réflechi(t) à la présidence des Républicains ». « Quand je vois un certain nombre de gens qui ont cherché des parrainages, je peux le faire aussi », poursuit le sénateur. Et d’ajouter : « Je n’ai pas d’ambition, je ne cherche pas à réorganiser le parti pour en faire une machine de guerre pour être candidat, mais en revanche si mes quelques capacités d’organisateurs peuvent servir … »

La date des élections pour la présidence du parti n’a toujours pas été arrêtée. Elles devraient se tenir en novembre prochain, mais la question d’un report à début 2018 est toujours à l’étude. Un report que Roger Karoutchi peut comprendre dans la mesure où les Républicains sont « à peine sortis de la débâcle de la présidentielle ». « D’un autre côté, reporter c’est se dire que pour le moment on reste dans l’intérimaire, dans le transitoire, et ce n’est pas forcément bon », hésite-t-il.

Karoutchi : « Reporter les élections c'est rester dans l’intérimaire, dans le transitoire, et ce n’est pas forcément bon »,
00:43

« Je suis plutôt pour l’unité de la famille »

Le sénateur des Hauts-de-Seine est également dubitatif sur l’avenir de la droite, dont il ne sait pas si elle est en mesure de rester unie : « Moi je suis plutôt pour l’unité de la famille, mais comment organiser l’unité de la famille et la diversité de la proposition et de l’offre ? Si on n’est pas capable de le faire, il ne faut pas rester ensemble.» La rupture entre les tenants d’une opposition claire au gouvernement et ceux plus « macro-compatibles » semble déjà être consommée. En témoigne la création d’un groupe distinct des LR à l’Assemblée nationale, appelé « Les Républicains constructifs, UDI et indépendants ».

Karoutchi : « Moi je suis plutôt pour l’unité de la famille, mais comment organiser l’unité de la famille et la diversité de la proposition et de l’offre ? Si on n’est pas capable de le faire, il ne faut pas rester ensemble.»
00:19

« Être de droite c’est avoir le sens de l’autorité de l’État, une certaine idée de la Nation et une certaine idée du fonctionnement de la République », rappelle Roger Karoutchi. Dans un livre en préparation sur Philippe Seguin, dont il a été le collaborateur pendant de nombreuses années, il rappelle « les grands principes de la République ». Le titre est déjà trouvé : « La République en bandoulière ». Le sénateur semble bel et bien préparer sa candidature à la tête des LR.  « On a le droit de réfléchir dans ce monde », tempère-t-il toutefois pour signifier que son choix n’est pas encore arrêté.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le