Royal : « La justice peut s’affaiblir lorsque son calendrier colle de trop près au calendrier politique » déclare Bruno Retailleau

Royal : « La justice peut s’affaiblir lorsque son calendrier colle de trop près au calendrier politique » déclare Bruno Retailleau

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, a réagi à l’ouverture d’une enquête préliminaire du parquet national financier concernant Ségolène Royal. Il estime qu’il y a un risque d’affaiblissement de la justice lorsque « son calendrier colle de trop près au calendrier politique. »
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

À propos de Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, qui fait l’objet d’une enquête du parquet national financier, Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, affirme : « Si ceux qui l’ont nommée, pensaient par-là obtenir son silence, c’est manqué. Quant à l’action du PNF [parquet national financier -NDLR], je trouve que la justice peut s’affaiblir lorsque son calendrier colle de trop près au calendrier politique. »

Interrogé sur les images de policiers violents lors de manifestations, Bruno Retailleau n’en démord pas : « Évidemment qu’il faut dénoncer les comportements inacceptables mais moi, je ne prononce pas le mot « violences policières » ». Alors que l’exécutif change un peu son discours face à de nouveaux cas de violences policières, il reste sur la même ligne. « Chez beaucoup d’activistes ultra-violents, on cherche à mettre sur le même plan (…) les violences des Black bloc et les soi-disant violences policières. »

Et quand le président de la République demande des propositions pour améliorer la déontologie dans la police, Bruno Retailleau balaye l’idée d’un « problème de déontologie » : « Il peut y avoir des cas individuels. Mais parler de problème de déontologie sur l’ensemble d’une profession, c’est jeter l’opprobre sur la profession. » Et d’ajouter : « Ce que je souhaite c’est qu’Emmanuel Macron, qui est le père de la Nation, contribue à l’unité nationale. Et pas la division nationale. Par des petites phrases ou par un certain nombre de textes qui finalement n’unissent pas, ne rassemblent pas les Français mais les divisent. »   

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le