Russie: Pour Florian Philippot, “il est temps” qu’Obama “s’en aille”

Russie: Pour Florian Philippot, “il est temps” qu’Obama “s’en aille”

Pour Florian Philippot, vice-président du Front national, "il est temps" que Barack Obama, qui cherche, selon lui, "le conflit...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Pour Florian Philippot, vice-président du Front national, "il est temps" que Barack Obama, qui cherche, selon lui, "le conflit avec la Russie", "s'en aille".

"Il est temps que M. Obama s'en aille, que cette administration s'en aille, parce qu'on sent qu'elle cherche le conflit avec la Russie", a-t-il déclaré vendredi sur France 2.

"Vivement l'arrivée de M. Trump qui signera probablement une période d'apaisement", a-t-il dit.

"M. Obama est dans une politique de terre brûlée pour laisser la situation la plus compliquée possible à son successeur, ce n'est pas très responsable", a ajouté M. Philippot.

"Entendre parler les États-Unis d'ingérence ça a toujours un petit côté cocasse, amusant parce que le grand pays de l'ingérence internationale dans les affaires des autres, qui va jusqu'à espionner par les grandes oreilles de la NSA les chefs d’État étrangers, ce sont les États-Unis", a-t-il estimé.

L'administration américaine accuse la Russie d'avoir orchestré des piratages informatiques qui ont mené au vol et à la publication de milliers d'emails de responsables démocrates, brouillant le message de la candidate Hillary Clinton. Le président Barack Obama a annoncé jeudi des sanctions, notamment l'expulsion de 35 agents russes,

Le Kremlin a rejeté jeudi "catégoriquement" ces "accusations infondées", et promet de répliquer par des mesures de rétorsion "adéquates".

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le