Sapin: Macron “n’a pas dépensé plus” qu’il n’en avait le droit

Sapin: Macron “n’a pas dépensé plus” qu’il n’en avait le droit

mais lui reproche d'avoir "peut-être travaillé à sa propre candidature".
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

mais lui reproche d'avoir "peut-être travaillé à sa propre candidature".

"Cette information n'a pas de sens. Macron n'a pas dépensé plus que ce à quoi il avait droit très naturellement dans un ministère comme le nôtre", a affirmé M. Sapin sur LCP.

M. Sapin, qui a succédé à M. Macron au portefeuille de l'Economie, était interrogé sur le livre "Dans l'enfer de Bercy" des journalistes Frédéric Says et Marion L'hour, qui révèle que l'ancien ministre aurait utilisé à lui seul 80% de l'enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère.

"Ce sont des mesquineries budgétaires", a ajouté M. Sapin, qui n'en a pas moins reproché à son ancien collègue d'avoir levé le pied après l'approbation de la loi Macron en 2015. "C'est une évidence. Il n'avait plus de projet de loi à porter et il a, dès ce moment-là, peut-être l'avait-il déjà en tête, essayé de travailler à sa propre candidature", a-t-il assuré.

"C'est son choix, c'est sa liberté (…)", a-t-il ajouté. "Mais je ne partage pas ce choix. Je condamne même ce choix. Je condamne le fait qu'il ait vis-à-vis de la personne du président de la République ainsi agi, en utilisant en quelque sorte le président de la République pour se promouvoir lui-même ou en utilisant son ministère", a-t-il déclaré.

M. Sapin, qui a réitéré son soutien à Manuel Valls pour le deuxième tour de la primaire PS élargie, a lancé: "Le problème, ce n'est pas de savoir si on est de gauche ou pas de gauche, le problème, c'est que l'on n'est pas seul", a-t-il affirmé.

"On ne peut pas venir de nulle part, sans histoire derrière soi, et aller nulle part, sans histoire devant soi", a ajouté M. Sapin. "On ne dirige pas la France pour soi-même. On ne dirige pas la France pour un homme. On veut servir la France pour la France uniquement et j'ai trouvé hier deux candidats socialistes qui débattaient parce qu'ils avaient envie de servir la France", a-t-il expliqué.

Interrogé en marge d'un déplacement au Liban, M. Macron a assuré avoir "toujours respecté les règles de la République avec beaucoup de scrupules". Son mouvement En Marche! a affirmé jeudi n'avoir bénéficié d'"aucun centime du bugdet du ministère de l'Economie".

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le