Sarkozy réaffirme son soutien à Fillon: “nous pouvons lui faire confiance”

Sarkozy réaffirme son soutien à Fillon: “nous pouvons lui faire confiance”

"Je sais que nous pouvons lui faire confiance": Nicolas Sarkozy a de nouveau appelé mardi à voter "sans état d'âme" pour le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

"Je sais que nous pouvons lui faire confiance": Nicolas Sarkozy a de nouveau appelé mardi à voter "sans état d'âme" pour le candidat LR François Fillon, à cinq jours du premier tour de la présidentielle.

"J'ai travaillé cinq ans avec François Fillon, il a été mon Premier ministre. Je sais que nous pouvons lui faire confiance", a déclaré l'ancien président dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

"Je veux dire clairement pourquoi je soutiendrai François Fillon: il a l'expérience, il a la volonté, il a le projet, qui permettra à la France d'assurer l'alternance avec les cinq années désastreuses que nous avons connues et éviter à la France le risque des extrêmes", de gauche comme de droite, a-t-il aussi affirmé, parlant de "choix de conviction".

"Chacun d'entre nous aura à se prononcer sur un choix qui engagera notre pays et aura des conséquences profondes", a affirmé M. Sarkozy.

"Dimanche prochain, il faut se rassembler pour éviter cette maladie si fréquente à droite de la division, se rassembler avec un seul objectif: où est l’intérêt de la France. Et pour moi c'est clair, l’intérêt de la France impose à chacun d'entre nous de voter sans état d'âme pour François Fillon", a-t-il aussi dit.

"Il faut baisser les charges sur les entreprises, il faut baisser les impôts, il faut maîtriser l'immigration, il faut rétablir l'autorité de notre pays, il faut garantir la sécurité pour chacun d'entre vous il faut relancer l'Europe", a-t-il déclaré, demandant aux Français de se "rassembler derrière François Fillon".

Dans la même thématique

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations du Nouveau Front Populaire sur le nom du candidat à envoyer à Matignon, tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le

Paris: Illustrations Assemblee nationale
4min

Politique

Législatives 2024 : les moments clés de la semaine

La XVIIe législature s’ouvre cette semaine. Les députés vont élire le prochain président ou présidente de l’Assemblée nationale mais également les postes du Bureau. La démission du gouvernement Attal devra être acceptée par le chef de l’Etat avant l’ouverture de la session parlementaire, pour que les 18 ministres élus ou réélus députés puissent participer au vote. Public Sénat détaille pour vous le calendrier de ces prochains jours à l’Assemblée.

Le