Sarkozy rejoint le conseil d’administration d’AccorHotels

Sarkozy rejoint le conseil d’administration d’AccorHotels

L'ancien président Nicolas Sarkozy rejoint le conseil d'administration du géant hôtelier AccorHotels, afin d'"accompagner la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien président Nicolas Sarkozy rejoint le conseil d'administration du géant hôtelier AccorHotels, afin d'"accompagner la vision internationale" du groupe, a annoncé mardi AccorHotels dans un communiqué.

L'ex-chef de l’État, éliminé le 20 novembre au premier tour de la primaire de la droite, a été coopté "à l'unanimité" en tant qu'administrateur indépendant et va présider un comité de "stratégie internationale", a précisé le groupe. Les missions et la composition de ce comité seront précisées lors d'un prochain conseil d'administration.

Ce poste d'administrateur indépendant serait le premier poste de cette nature occupé par l'ancien président.

Nicolas Sarkozy est "très heureux de participer au développement et au rayonnement international d'AccorHotels, un des fleurons des entreprises françaises", dit-il, cité dans le communiqué de l'entreprise.

"La réussite de ce groupe et la qualité de son management en font une des plus belles vitrines du paysage économique français", ajoute-t-il.

De son côté, le PDG du groupe, Sébastien Bazin, également cité dans le communiqué, estime que "l'expertise internationale de Nicolas Sarkozy et sa parfaite connaissance des enjeux géopolitiques mondiaux seront de formidables atouts pour le groupe".

AccorHotels exploite sous ses 20 marques Sofitel, Pullman, Novotel, Mercure, Ibis, HotelF1 mais aussi Raffles, Fairmont et Swissôtel, plus de 4.000 hôtels, dans 95 pays.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Côté majorité, on se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », mais rien n'est tranché.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le