Sciences Po présente son futur campus parisien au coeur de Saint-Germain-des-Prés

Sciences Po présente son futur campus parisien au coeur de Saint-Germain-des-Prés

Sciences Po a présenté jeudi le projet architectural de son futur campus à Saint-Germain-des-Prés, à Paris, qui ouvrira ses portes à la rentrée...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Sciences Po a présenté jeudi le projet architectural de son futur campus à Saint-Germain-des-Prés, à Paris, qui ouvrira ses portes à la rentrée 2021, un projet de "réinvention" selon son directeur Frédéric Mion.

Grâce à l'acquisition de l'hôtel de l'Artillerie auprès du ministère de la Défense (14.000 mètres carrés dans le 7e arrondissement de Paris) en décembre 2016 pour 93 millions d'euros, Sciences Po espère se hisser "au rang des universités les plus attractives d'Europe".

Cet hôtel fut d'abord un noviciat, puis une propriété de l'armée, à partir de la Révolution. Classé en 1982, il a ensuite été restauré. Le projet de rénovation et d'aménagement présenté jeudi à la presse consiste à créer "un nouveau lieu", avec des "conditions de travail exceptionnelles".

L'hôtel de l'Artillerie à Paris le  11 janvier 2018
L'hôtel de l'Artillerie à Paris le 11 janvier 2018
AFP

Organisé autour de trois cours, d'espaces extérieurs végétalisés et d'une nouvelle bibliothèque de 1.000 m2, le site accueillera de nouveaux espaces de travail pour les étudiants, des "espaces de convivialité" (amphithéâtre extérieur, jardin etc.), un incubateur, le studio de l'école de journalisme...

L'équipe retenue pour mener le projet est emmenée par le promoteur Sogelym Dixence et rassemble un collectif d'architectes parmi lesquels l'agence Wilmotte & associés, Moreau Kusunoki ou l'agence Sasaki, spécialiste internationale de l'enseignement supérieur. Ils ont privilégié des bâtiments en transparence, juxtaposant des lieux calmes dans le cloître ou la bibliothèque, et des espaces plus collaboratifs.

Frédéric Mion, directeur de Siences Po, à Paris le 11 janvier 2018
Frédéric Mion, directeur de Siences Po, à Paris le 11 janvier 2018
AFP

"Nous allons disposer des moyens de nous réinventer", s'est réjoui le directeur de l'école Frédéric Mion.

Grâce à ce projet, qualifié d'"évidence géographique" et "économique", Sciences Po va regrouper son campus parisien autour de quatre grands sites, contre une vingtaine aujourd'hui.

Cette acquisition, dont le coût total s'élève à 190 millions d'euros, sera financée grâce aux économies réalisées sur les loyers, au mécénat et un emprunt garanti par la ville de Paris.

"C'est une évidence que la ville devait soutenir le projet, qui va nous permettre de continuer à faire rayonner Paris", a estimé la maire de Paris, Anne Hidalgo.

La maquette du futur campus de Sciences Po à l'hôtel de l'Artillerie à Paris
La maquette du futur campus de Sciences Po à l'hôtel de l'Artillerie à Paris
AFP

"Il était devenu vital de se réinventer en profondeur pour préparer le 21ème siècle", Sciences Po étant "confrontée à une crise de croissance", a aussi souligné la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal.

Le nouveau campus doit ouvrir ses portes à la rentrée universitaire 2021-2022. Cette année là, l'institution fêtera son 150ème anniversaire.

Sciences Po accueille chaque année 13.000 étudiants dont près de la moitié sont étrangers, issus de 150 pays.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le