Sébastien Lecornu  a « du mal à comprendre ce qui pique » certains de ses « amis de droite »

Sébastien Lecornu a « du mal à comprendre ce qui pique » certains de ses « amis de droite »

Sur Public Sénat, l’ancien président de la fédération des Républicains de l'Eure a critiqué ses anciens « amis. »
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Sébastien Lecornu est une des « prises » de droite d’Emmanuel Macron. Exclu des Républicains en octobre dernier, il se dit pourtant sensible aux critiques de « ses amis de droite » quand ils sont « de bonne foi. » Mais il se montre plutôt féroce envers son ancienne famille politique qui critique le budget énergétique du gouvernement Philippe. « Regardez la fiscalité carbone, quand je vois qu’un certain nombre de parlementaires de droite critique la trajectoire carbone que nous définissons aujourd’hui dans le budget, alors que ceux-là même la défendaient dans le budget du projet de François Fillon, ceux-là même étaient les soutiens de Nicolas Sarkozy pour le Grenelle de l’environnement… parfois, j’ai quand même du mal à comprendre ce qui pique certains de mes amis de droite » explique Sébastien Lecornu.

Dans un livre, Patrick Stefanini raconte que François Fillon passait devant le Secrétaire d’Etat sans le reconnaitre. « Je pense que maintenant il me connait » glisse-t-il dans un sourire, confirmant la véracité de l’anecdote. Le divorce semble consommé.

Dans la même thématique

Sébastien Lecornu  a « du mal à comprendre ce qui pique » certains de ses « amis de droite »
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le