Sébastien Meurant, sénateur LR : « Manger avec Marion Maréchal, ce n’est pas un sujet, je parle à qui je veux »

Sébastien Meurant, sénateur LR : « Manger avec Marion Maréchal, ce n’est pas un sujet, je parle à qui je veux »

Une quinzaine d’élus LR se sont retrouvés autour de Marion Maréchal pour un dîner qui fait parler. « Décomposition et recomposition, ça va avec. Mais on n’en est pas là pour l’instant » assure le sénateur LR Sébastien Meurant, qui était présent. Son exclusion du groupe LR du Sénat n’est pas prévue. Face à cette « mise en scène », ses collègues préfèrent minimiser.
Public Sénat

Temps de lecture :

8 min

Publié le

Mis à jour le

C’est un pas de plus, symbolique, vers le rapprochement dont rêvent certains entre une partie de la droite et l’extrême droite. Mardi soir, une quinzaine d’élus LR, dont des parlementaires, ont dîné avec Marion Maréchal. Un rendez-vous qui se voulait discret avant d’être révélé par Le Figaro… Organisé par le directeur du magazine L’Incorrect, Jacques de Guillebon, et le jeune LR Erik Tegner, ce dîner paraît comme une nouvelle brique dans la recomposition de l’échiquier politique.

Après les européennes, Marion Maréchal était sortie de sa vrai-fausse retraite politique pour appeler à la constitution d’une « grande coalition » des droites. C’est le grand dessein de l’ex-députée RN, qui inquiète une bonne partie des LR, et pas seulement… Elle avance ses pions un à un. Car après les élus, elle développe ses réseaux du côté des patrons : la petite-fille de Jean-Marie Le Pen, libérale en économie, est invitée à l’université d’été du Medef, fin août, selon L’Express.

Pour l’heure, le dîner, qui s’est tenu dans un restaurant parisien, a été l’occasion de rassembler des élus LR Maréchal-compatibles. Autour de la table, le député LR de l’Ain, Xavier Breton, mais aussi un sénateur LR, Sébastien Meurant. La présence de l’élu du Val-d’Oise n’est pas tout à faire une surprise. Au sein du groupe LR du Sénat, il fait partie de la ligne dure, notamment sur l’immigration et l’islam. Et en octobre dernier, il donnait un entretien à L’Incorrect, appelant à « discuter avec tout le monde ».

« L’erreur historique de la droite, c’est de ne pas discuter avec le FN à la fin des années 80 »

Interrogé par publicsenat.fr, Sébastien Meurant assume et revendique sa présence en tant que parlementaire LR. Une information en soi. Avant, certains pouvaient y penser, mais ne franchissaient pas le Rubicon publiquement. Aujourd’hui, pour quelques élus LR, se retrouver avec une personnalité issue de l’extrême droite est un acte banal.

« Est-ce qu’en France, on est libre de manger avec qui on veut ? Comme sénateur LR, je revendique la liberté de parler avec qui je veux. J’ai l’impression qu’on retombe dans la police de la pensée » lance le sénateur LR, qui insiste : « Manger avec Marion Maréchal, ce n’est pas un sujet, je parle à qui je veux ».

« Elle n’est plus au RN » souligne-t-il. Mais pour Sébastien Meurant, « l’erreur historique de la droite, de Jacques Chirac – c’est la thèse d’Eric Zémmour – c’est de ne pas discuter avec le FN à la fin des années 80 ». L’élu assure pour autant ne pas avoir pour perspective un rapprochement partisan. « Décomposition et recomposition, ça va avec. Mais on n’en est pas là pour l’instant. Je vais travailler au sein des LR et après, on discute avec qui on veut. Il faut voir comment on va préparer les prochaines élections nationales. Je souhaite qu’il y ait un candidat LR qui porte nos couleurs en 2022. Je ne suis pas fusionniste, je défends mon mouvement politique » assure Sébastien Meurant. Ce dîner entre nouveaux amis visait avant tout à parler « de sujets nationaux, comme la privation d’Aéroports de Paris, pour laquelle (il est) contre, ou les sujets de bioéthique, PMA et GPA ».

« Ça laisse espérer une explosion des LR »

Pour le sénateur LR du Val-d’Oise, ce sont les valeurs qui le guident – « La famille, c’est mieux s’il y a un papa et une maman » – comme la question de l’immigration : « Macron ne fait rien. On n’a jamais aussi peu expulsé. Vous ne voyez pas le pays changer ? Il y a une islamisation et une menace de désintégration du pays »…

Au Sénat, un autre sénateur salue l’initiative. C’est Jean-Louis Masson. Cet ancien du RPR, qui siège chez les non-inscrits, aux côtés du sénateur RN Stéphane Ravier, a déjà fait depuis un moment un bout de chemin vers le RN. « Marion Maréchal est une personne très sympathique. Ce dîner est de bon augure, ça laisse espérer une explosion des LR, qui est une fausse droite hypocrite » dit-il. Le sénateur de la Moselle « espère qu’on arrive, un jour, à rapprocher l’ensemble des gens qui sont vraiment à droite sur l’échiquier politique ».

« Très isolé » au groupe LR

Mais au groupe LR, Sébastien Meurant reste « très isolé », selon un de ses collègues. Son dîner ne devrait pas entraîner d’exclusion du groupe, selon une source interne. « Si on commence à exclure les gens parce qu’ils déjeunent… » dit-on. La ligne du groupe reste celle du parti : pas d’alliance avec le RN. « On n’est pas en état d’exclure de toute façon » ajoute une sénatrice LR.

« C’est un sénateur du groupe parmi les 140 sénateurs du groupe », minimise également la sénatrice LR Christine Lavarde. « Peut-être que lui partira, mais je pense qu’il partira seul » ajoute l’élue des Hauts-de-Seine. Regardez :

Sébastien Meurant au dîner avec Marion Maréchal : « C’est un sénateur du groupe LR parmi les 140 sénateurs du groupe », minimise la sénatrice LR Christine Lavarde
02:06

Plusieurs parlementaires demandent sa tête à la fédération LR du Val-d’Oise

Si Sébastien Meurant devrait garder sa place au groupe, certains demandent sa tête à la fédération LR du Val-d’Oise, qu’il préside. « Considérant que cette initiative individuelle et personnelle est incompatible avec la présidence des Républicains du Val-d’Oise, nous estimons que Sébastien Meurant devrait tirer les conséquences de ses actes, qui nous divisent plutôt qu’ils ne nous rassemblent » ont réagi dans un communiqué commun la sénatrice LR Jacqueline Eustache-Brinio, le sénateur LR Arnaud Bazin et le député LR Antoine Savignant, tous les trois élus du Val d’Oise.

« Je regrette sa présence à ce dîner. Maintenant, c’est son engagement, qui ne m’étonne qu’à moitié. Mais ce n’est pas le mien. Je n’y serais pas allée » nous explique Jacqueline Eustache-Brinio, qui défend elle-même une ligne de fermeté au sein des LR. Elle s’est par exemple opposée au port du voile pour les accompagnatrices lors des sorties scolaires.

« Cela amène du trouble dans une période où on a besoin de reconstruire »

Le sénateur LR Philippe Mouiller, proche de Valérie Pécresse, souhaite lui « qu’on rappelle bien un certain nombre de valeurs au niveau du groupe. Mais je préfère le rappel des règles plutôt que le rappel à l’ordre ».

Reste que ce genre de pas de deux ne va pas arranger la situation des LR. « Cela amène du trouble dans une période où on a besoin de reconstruire et d’avoir une ligne politique claire, qui est sans négociation possible avec l’extrême droite » réagit Philippe Mouiller. Pour lui, « il faut minimiser. Tout cela est aussi une mise en scène pour mettre en avant un début de discussion entre LR et l’extrême droite. C’est une grande opération de communication qui est plutôt déstabilisante », « un coup politique » (voir aussi le sujet de Jérôme Rabier).

En « gaulliste social », le sénateur LR Michel Raison « n’adhère pas du tout à Marion Maréchal. Et ce n’est pas parce que quelques-uns ont discuté avec elle que l’ensemble du mouvement est dans cet état d’esprit. Et si un jour des personnes ont un accord avec elle, ils ne seront plus membres de notre parti » assure le sénateur de Haute-Saône. Il ne pense pas que ce dîner « affaiblira beaucoup plus les LR. On a déjà eu tellement de choses… » Mais il se méfie de la petite-fille Le Pen. « Elle défend les mêmes thèses que le RN, elle est peut-être même plus dure » souligne Michel Raison, qui ajoute :

« Le cambrioleur qui a une bonne tête est quand même plus dangereux que s’il a une salle gueule… »

Pour Sophie Primas, ce genre de rapprochement risque de compliquer la reconstruction de la droite et du centre. « Cela crée de l’interférence avec ce qu’on essaie de reconstruire avec Gérard Larcher (président du Sénat). Ce n’est pas une bonne chose, c’est préjudiciable » craint la sénatrice LR des Yvelines, alors que de leur côté, les sénateurs du groupe centriste du Sénat ont tenu hier une « réunion de travail » avec le premier ministre Edouard Philippe…

« Avec Marion Maréchal, on sera amené à se revoir »

Face à ces rapprochements, il convient pour Jean-François Husson, sénateur LR de la Meurthe-et-Moselle, de marquer « l’étanchéité » avec l’extrême droite. « Je condamne, par principe » dit-il. Sébastien Meurant, lui, n’entend pas arrêter là : « Avec Marion Maréchal, on sera amené à se revoir ».

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le