Second tour : Mélenchon gardera son vote « intime »

Second tour : Mélenchon gardera son vote « intime »

L’équipe de Jean-Luc Mélenchon a précisé qu’il prendra la parole dans les prochains jours mais ne dira pas pour qui il votera au second tour car c’est « un choix intime » quelque soit  le résultat de la consultation en ligne.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Lors d’un point presse en fin de matinée, l’équipe rapprochée de Jean-Luc Mélenchon s’est exprimée sur la consultation en ligne à destination des adhérents de son mouvement. Depuis hier soir les 440 000 personnes qui ont cliqué « j’adhère » sur le jlm2017 avant le 23 avril à 22h peuvent choisir entre trois possibilités pour le second tour : « Choix 1 : Je vote blanc ou nul », « Choix 2 : Je vote Emmanuel Macron », « Choix 3 : Je m'abstiens ». Trois possibilités qui excluent le vote Marine Le Pen. «  A cette heure, plus de 50 000 personnes se sont déjà prononcées » a indiqué Manuel Bompard directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

Devant la presse, Alexis Corbière, porte parole de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, et Charlotte Girard co-responsable du programme « l'Avenir en commun » ont tenté de justifier le silence de leur candidat depuis dimanche soir. ». « Jean-Luc Mélenchon aura un choix personnel à faire qu’il gardera sans doute pour lui », « il faut faire la différence entre un choix intime et un choix politique » ont indiqué les orateurs du jour.  S’ils refusent de renvoyer Marine le Pen et Emmanuel Macron « dos à dos », affirmant que pas « une voix ne doit aller au FN », ils les ont dans une certaine mesure rassemblé dans la même critique en affirmant qu’aucun des deux ne répondait « à l’urgence sociale, l’urgence démocratique, l’urgence écologique ».

Ils ont également brocardé le candidat d’En Marche, qui a « pétaradé à la Rotonde » et qui veut « casser le code du travail par ordonnances, veut remettre en cause la retraite et s’aligner sur toutes les politiques d’austérité et accessoirement supprimer 125 000 postes de fonctionnaires » (voir la vidéo Alexis Corbière). Une position difficilement explicable pour un mouvement dont le candidat avait fait de son combat face à Marine Le Pen l’un des marqueurs de sa campagne de 2012 et qui en avril 2002 scandait  « mettez des gants si vous voulez (…) mais votez, abaissez le plus bas possible Le Pen ».

« On n’est pas du tout dans le ni-ni, mais il y a une insistance à ne pas comprendre cette position et à ramener tout le monde en disant : votez Macron quoiqu’il arrive sans réflexion. Il y a des gens qui ne le feront pas. Moi, je ne vous dirai pas quelle est ma position » a expliqué Alexis Corbière avant de renvoyer plusieurs ténors du PS à leurs responsabilités : « Je pense à M.Sapin qui ose parler d’une faute morale (…) mais il arrive à se regarder dans une glace ? Il en est fier de son bilan avec son ami François Hollande ? (…) L’extrême droite n’est pas au second tour à cause de Jean-Luc Mélenchon, elle est au second tour à cause du bilan terrible de François Hollande ».  Interrogé sur leurs électeurs qui comptaient voter pour Marine Le Pen, Alexis Corbière a répondu : « ils ont tort. Il n’y a pas de passerelle, pas de racisme chez nous. La direction du Front National sont des xénophobes, des racistes ».

Jean-Luc Mélenchon devrait s’exprimer avant mardi prochain  et probablement sur l’un de ses réseaux sociaux a indiqué Charlotte Girard.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Second tour : Mélenchon gardera son vote « intime »
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le