Sécurité: Hollande appelle à poursuivre l’effort de recrutement

Sécurité: Hollande appelle à poursuivre l’effort de recrutement

François Hollande a appelé solennellement lundi son successeur à l’Élysée à poursuivre l'effort de recrutement des gendarmes et...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

François Hollande a appelé solennellement lundi son successeur à l’Élysée à poursuivre l'effort de recrutement des gendarmes et policiers et à respecter un "socle de sécurité" trans-partisan.

"Si nous voulons que notre pays soit doté d'effectifs suffisants pour la police et la gendarmerie, il faudra, au-delà des 9.000 postes créés sous ce quinquennat, en ouvrir autant pour le prochain quinquennat", a souligné le chef de l’État sortant lors d'un déplacement à Chartres.

"Il fallait compenser les pertes d'effectifs des année 2007 à 2012" soit "13.000 postes", a-t-il poursuivi, pointant la politique de sécurité de son prédécesseur Nicolas Sarkozy, devant quelques dizaines de policiers et de gendarmes réunis à la préfecture d'Eure-et-Loir.

Affirmant que le "socle de sécurité" faisait l'objet d'un "large consensus national", François Hollande a estimé qu'en "période électorale, ce qui doit compter, c'est moins les différences que les rassemblements, moins les oppositions que l'unité".

"Qu'est-ce qui doit être absolument sanctuarisé ?", s'est-il interrogé, avant de répondre: "Les effectifs, les moyens en matériel, les conditions d'emploi des forces de sécurité et le respect des valeurs républicaines".

"Après, il peut y avoir de l'imagination, de l'illusion, des surenchères" qui font "partie, hélas, de ce que le débat public peut parfois engendrer" lors d'une campagne, a-t-il observé.

"Mais il doit y avoir de la part de tous ceux et de toutes celles qui se présentent aux suffrages, l'affirmation que ce socle de sécurité ne pourra jamais être remis en cause", a martelé François Hollande.

"Je n'oublie pas les exigences, quant au bon déroulement du débat démocratique dans notre pays", a-t-il par ailleurs assuré, alors que François Fillon a accusé dimanche le gouvernement de laisser "se développer dans le pays un climat de quasi-guerre civile".

François Hollande a ainsi évoqué "la protection non seulement des candidats mais également des lieux où les Français veulent se retrouver pour participer au débat public".

Dressant le bilan de la concertation et du plan d'équipement de 250 millions d'euros engagés pour répondre à la "colère légitime des forces de gendarmerie et de police" à l'automne, le chef de l’État a assuré avoir voulu que "ce malaise (...) puisse s'exprimer".

Avant de rejoindre Chartres, il s'était ainsi rendu dans la matinée au commissariat de Dreux et au groupement de gendarmerie départementale de Lucé pour se faire présenter les nouveaux matériels dont disposent les forces de l'ordre (armement, protection, véhicule blindé...).

François Hollande a également confirmé "la fin des gardes statiques (de policiers et gendarmes) devant les préfectures comme devant les tribunaux" au profit de "gardes dynamiques", et la "fin des transfèrements et des extractions judiciaires" qui seront confié à d'autres services.

Dans la même thématique

Sécurité: Hollande appelle à poursuivre l’effort de recrutement
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le