Selon David Rachline, si des maladies disparues reviennent, c’est à cause de l’immigration de masse

Selon David Rachline, si des maladies disparues reviennent, c’est à cause de l’immigration de masse

« Au fait, vous êtes-vous demandé pourquoi les maladies disparues de notre sol depuis longtemps refaisaient surface ? » a lancé le sénateur Front national du Var, David Rachline.
Public Sénat

Par Pierre de Boissieu

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Il faut avoir le courage de dire que l’immigration de masse, dans ce domaine, est la meilleure piste de réponse » a-t-il avancé.

David Rachline a par ailleurs dénoncé l’absence des « grands problèmes qui préoccupent nos compatriotes » dans les propos du Premier ministre, Édouard Philippe, comme dans ceux du président de la République devant le congrès du Parlement à Versailles ce lundi : «  l’insécurité, l’immigration subie et le chômage de masse. » Par ailleurs, sur le droit d’asile, « concrètement, on fait quoi ? » a-t-il interrogé, exigeant du Premier ministre qu’il « lutte beaucoup plus efficacement contre les passeurs, surtout quand ils sont déguisés en ONG. » David Rachline préconise ainsi de « prendre, comme l’Australie, des mesures drastiques. »

Selon David Rachline, si des maladies disparues reviennent, c’est à cause de l’immigration de masse.
02:06

 « Votre objectif n’est pas de faire baisser le chômage, qui touche plusieurs millions de nos compatriotes, mais d’abord de respecter la règle maastrichtienne des 3 % pour obéir aux commissaires bruxellois » a regretté David Rachline. « Les caisses sont vides, qu’à cela ne tienne, vous augmentez les impôts. CSG, cigarettes, diesel : vous patinez certaines de ses hausses de bons sentiments, mais le but est juste de faire entrer de l’argent sans avoir à changer de modèle » a martelé le sénateur de Front national.

David Rachline a interpellé Edouard Philippe sur le droit d’asile : « concrètement, on fait quoi ? »
00:39

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le