Sénat : « pas de tentation Macron pour le moment » chez les LR, selon Bruno Retailleau

Sénat : « pas de tentation Macron pour le moment » chez les LR, selon Bruno Retailleau

Invité de l’émission « L’épreuve de vérité », le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, a clairement déclaré que le Sénat incarnait seul aujourd’hui la séparation des pouvoirs.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Si le Sénat n’a pas pour rôle d’être un contre pouvoir selon Bruno Retailleau, il incarne seul aujourd’hui  la séparation des pouvoirs, pour le Président du groupe Les Républicains au Sénat : « Il y a un déséquilibre depuis le changement de calendrier. Désormais les élections législatives ont lieu dans la foulée de l’élection présidentielle. Elles ne sont donc qu’une réplique sismique (…) La démocratie, ce n’est pas simplement le suffrage universel. La démocratie, c’est aussi la séparation des pouvoirs. Et donc cette séparation des pouvoirs est  incarnée aujourd’hui par notre institution, le Sénat, qui est à l’écart de ces mouvements et du cycle présidentiel. »

« Le Sénat doit rester la tête froide, avec un peu de hauteur, de distance et apporter sur chaque texte une amélioration. Parce que les textes qui nous viennent souvent de l’Assemblée sont parfois des brouillons » ajoute-t-il.

Etre  « dans une opposition intelligente mais vigilante » sera l’objectif des prochains mois, pour le président du groupe LR au Sénat. « Moi, je ne suis pas le petit doigt sur la couture du pantalon » s’amuse-t-il.

Bruno Retailleau ne craint pas une hémorragie de sénateurs Les Républicains partant pour le groupe En Marche, comme ce fût le cas à l’Assemblée nationale : « Il y a une cohérence et une cohésion entre nous qui fait qu’au jour d’aujourd’hui, on n’a pas connu, ici au Sénat, les soubresauts de l’Assemblée nationale (…) Il n’y a pas de tentation Macron pour le moment. »

Et pas de risques non plus pour Bruno Retailleau de voir arriver au Sénat des candidats totalement inconnus et novices : « Je doute que les grands électeurs apprécient à la même valeur ces candidats internet, comme certains députés ont pu l’être (…) Les grands électeurs ne se font pas intimider pour une étiquette. Beaucoup beaucoup moins que pour une élection législative (…) les grands électeurs sont souvent très exigeants sur la personnalité, l’ancrage des candidats ».  

Dans la même thématique

Sénat : « pas de tentation Macron pour le moment » chez les LR, selon Bruno Retailleau
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le