Sénatoriales : LREM dévoile ses candidats au compte-gouttes

Sénatoriales : LREM dévoile ses candidats au compte-gouttes

La République en Marche fait durer le suspense. Après avoir dévoilé une première liste de 16 candidats aux élections sénatoriales, une deuxième série de noms devrait sortir lundi soir ou mardi matin.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

On a attendu toute la journée de vendredi les noms des premiers candidats LREM pour les sénatoriales. Peu après 21H, 16 têtes de listes sont dévoilées. Pas vraiment de surprises pour le moment, à l’image du groupe LREM du Sénat, la gauche est surreprésentée et les membres «  de la société civile », marque de fabrique de la République en Marche lors des législatives, restent pour l’instant minoritaires.

À Paris, l'adjoint aux Finances d'Anne Hidalgo, Julien Bargeton, a été désigné tête de liste. Il est secondé par la conseillère MoDem Fadila Mehal. Nicole Bricq, ancienne ministre socialiste de François Hollande, a été désignée tête de liste en Seine-et-Marne où elle est déjà sénatrice tandis que Corinne Griffond, soutien de Bruno Le Maire, a été investie en Lot-et-Garonne. L'ancien maire de Pontivy et député (PS), Jean-Pierre Le Roch, mènera pour sa part la liste de la REM dans le Morbihan. Dans le Pas de Calais, c’est le sénateur MoDem sortant, Jean-Marie Vanlerenberghe, qui conduira la liste, sa fille, Isabelle Florennes, avait été investie par LREM et élue dans les Hauts-de-Seine lors des dernières législatives.

Parmi les membres de la société civile, on relèvera le nom de Philippe Grangeon, dirigeant chez CapGemini qui représentera La République en Marche chez les Français de l’étranger. Plus surprenant, Pierre Mathiot, ancien directeur de Sciences Po Lille, est tête de liste dans le département du Nord. La sénatrice sortante de cette circonscription, Delphine Bataille fait pour le moment les frais de ce « renouvellement ». Élue en 2011 sous  l’étiquette PS, Delphine Bataille a rejoint depuis le groupe LREM du Sénat. Il lui reste toutefois encore une chance de figurer en seconde place sur cette liste.

 « Il y aura d’autres personnes issues de la société civile parmi nos candidats. Nous sommes dans un mix très intéressant entre renouvellement et sortants » confie la sénatrice LREM Bariza Khiari, membre de la commission d’investiture. Une deuxième série de candidats devrait être dévoilée lundi soir ou mardi matin. Selon nos informations, le sénateur sortant André Gattolin, élu en 2011 sous l’étiquette EELV, devrait conduire la liste LREM dans les Hauts-de-Seine.  Dans le Val-d’Oise, l’ancien ministre socialiste de la Défense et sénateur sortant, Alain Richard devrait également être tête de liste.

 

 

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le