Sénatoriales : Pierre Laurent candidat, mais le groupe PCF menacé

Sénatoriales : Pierre Laurent candidat, mais le groupe PCF menacé

Le numéro 1 communiste sera à nouveau candidat aux sénatoriales de septembre prochain. Il mènera une liste PCF à Paris. Le groupe communiste est en revanche sur la sellette. 16 de ses 18 membres sont renouvelables et conserver 10 sénateurs, assurant un groupe, ne sera pas simple.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Pierre Laurent n’est pas seulement secrétaire national du Parti communiste français. Il est aussi sénateur de Paris. Son siège fait partie de la moitié renouvelable lors des sénatoriales du 24 septembre prochain. Pierre Laurent se verrait bien continuer à siéger au Palais du Luxembourg. Il sera candidat à sa réélection. Mais cette fois sur une liste communiste.

Le sénateur a les moyens de monter une telle liste et s’y prépare. Mais sans s’unir cette fois aux autres forces de gauche, comme en 2011. Lors du dernier scrutin, une liste commune PS-PCF-EELV avait été présentée et avait envoyé 8 sénateurs rue de Vaugirard. Le numéro 1 de la Place du Colonel Fabien était alors en 9e position non éligible sur la liste. La communiste Nicole Borvo Cohen-Seat, en 6e place, avait pour sa part été réélue, avant de  démissionner un an après, permettant à Pierre Laurent de prendre son siège.

Il sera cette fois tête de liste, lui assurant théoriquement son élection par les grands électeurs, c'est-à-dire essentiellement les conseillers de Paris et leurs délégués. « Très probablement, je serai candidat aux élections sénatoriales (à Paris) et tête de liste » a-t-il confirmé sur Public Sénat (voir la vidéo).

« Garder le groupe ne va pas de soi. C’est une bataille. Mais on pense y arriver »

Garder le groupe s’annonce en revanche une mission difficile. Le groupe CRC (nom du groupe communiste au Sénat), présidé par Eliane Assassi, compte actuellement 18 membres. Mais seuls 2 sénateurs communistes ne sont pas renouvelables, le sénateur de Seine-Maritime Thierry Foucault, l’un des vice-présidents du Sénat, et Christine Prunaud. Et rien ne dit qu’au soir du 24 septembre on retrouve 10 sénateurs PCF, nombre requis pour former un groupe au Sénat. « Garder le groupe ne va pas de soi, ce n’est pas simple. C’est une bataille. Mais on pense y arriver » explique-t-on du côté de la Place du Colonel Fabien.

« Ce sera plus difficile que la dernière fois car les élections intermédiaires ont dégradé le rapport de force au détriment de la gauche, mais nous pensons avoir un groupe dans la prochaine assemblée sénatoriales et nous nous battons pour ça » assure Pierre Laurent.

Si le groupe CRC disparaissait, la Haute assemblée perdrait un deuxième groupe de gauche et d’opposition après le groupe écologiste. Composé de seulement 10 sénateurs, le groupe écolo est assuré de disparaître après les sénatoriales. Mais il voit sa fin précipitée après le ralliement cette semaine d’André Gattolin au nouveau groupe La République en marche.

Un groupe politique n’est pas qu’une question symbolique ou de poids politique. Il apporte des bureaux, des moyens matériels et financiers pour embaucher des collaborateurs. Il permet d’avoir du temps de parole assuré lors des débats parlementaires et des questions d’actualité au gouvernement, des places dans les commissions et de choisir l’ordre du jour et les propositions de lois examinées lors des niches parlementaires des groupes.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le