Séparatisme : le Sénat veut interdire les drapeaux étrangers dans les mariages

Séparatisme : le Sénat veut interdire les drapeaux étrangers dans les mariages

Lors de l’examen du projet de loi confortant les principes de la République, la droite sénatoriale a voté un amendement qui permet aux maires d’interdire les drapeaux étrangers dans la salle de mariage et aux abords de l’Hôtel de ville. Les échanges étaient une nouvelle fois vifs sur ce sujet.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« La question de fond, c’est qu’est-ce que viennent faire des drapeaux dans un mariage ? On n’est pas au match de foot […] Les drapeaux, on ne les voyait pas il y a quelques années. Posons-nous la question : pourquoi ces drapeaux envahissent l’espace public ? » Pour la rapporteure LR du projet de loi, Jacqueline Eustache-Brinio, « cet amendement tombe à pic ».

L’amendement en question, celui déposé par le sénateur LR Henri Leroy a été adopté dans la soirée lors de l’examen du projet de loi confortant les principes de la République. Il autorise le maire à « réglementer le fait d’arborer des drapeaux autres que ceux de la République française ou de l’Union européenne lors de la célébration de mariages ou de l’enregistrement de pactes civils de solidarité ».

« Un amendement scandaleux, à la limite du racisme d’Etat », pour Thomas Dossus, sénateur écologiste.

« On va interdire aux Algériens aux Marocains… de se marier aussi ? […] Vous rejetez complètement des personnes qui font partie de notre Nation […] Vous attaquez et empêchez les musulmans de vivre normalement », s’est désespérée sa collègue écologiste, Esther Benbassa.

le Sénat interdit les drapeaux étrangers dans les mariages: colère d'Esther Benbassa
01:29

La ministre en charge de la Citoyenneté, Marlène Schiappa a émis un avis défavorable. « J’ai le sentiment qu’on fait dire beaucoup de choses aux drapeaux dans ce débat […] On a chacun des avis personnels sur la manière dont nous avons célébré des mariages ou notre propre mariage […] comme rappeler avec fierté qu’on célèbre un mariage mixte avec un drapeau français et celui d’un autre pays, ça ne me choque pas », a-t-elle jugé.

« La mairie, c’est la maison de la République […] Le drapeau, on le brandit comme un signe d’allégeance à la République et à la Nation. Il n’est pas acceptable qu’on se joue de ces symboles nationaux à l’occasion d’évènement heureux mais avec légèreté » a estimé le sénateur LR, Philippe Bas qui juge « l’amendement raisonnable » car il ne dit pas que le maire interdit systématiquement tous les drapeaux mais « peut ».

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Séparatisme : le Sénat veut interdire les drapeaux étrangers dans les mariages
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le