Service national universel: “intérêt” du FN, “soutien total” de Dupont-Aignan

Service national universel: “intérêt” du FN, “soutien total” de Dupont-Aignan

Sébastien Chenu, porte-parole du Front national, a exprimé mercredi son "intérêt" pour le service national, qui serait obligatoire de 3 à 6 mois...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Sébastien Chenu, porte-parole du Front national, a exprimé mercredi son "intérêt" pour le service national, qui serait obligatoire de 3 à 6 mois selon Emmanuel Macron, tandis que l'ancien allié du FN à la présidentielle Nicolas Dupont-Aignan a dit son "soutien total" à ce projet.

"Nous accueillons avec intérêt la proposition d'Emmanuel Macron", a déclaré sur LCP M. Chenu, qui est aussi député du Nord.

Pour autant, le responsable frontiste a pointé le "problème budgétaire" de financement de la mesure, qui coûterait entre deux et trois milliards d'euros.

"Le gouvernement a fait des choix budgétaires qui ne lui permettent pas de créer un vrai service militaire et civique. Donc je pense que derrière cela, c'est la volonté simplement de faire baisser les chiffres du chômage chez les moins de 25 ans", a déploré le dirigeant du Front national.

"Et ça ce n'est pas vraiment acceptable", a estimé le député, qui a dénoncé la "cacophonie" de l'exécutif. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'était dit favorable à un service "obligatoire" mais la ministre des Armées, Florence Parly, avait déclaré que ce service n'aurait "probablement pas un caractère obligatoire au sens où les gendarmes viendraient rechercher le réfractaire".

Le président Emmanuel Macron reçoit Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, dans son bureau de l'Elysée, le 20 novembre 2017
Le président Emmanuel Macron reçoit Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, dans son bureau de l'Elysée, le 20 novembre 2017
POOL/AFP

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a pour sa part déclaré sur BFMTV et RMC qu'il "soutiendrait totalement le président de la République" sur ce service national.

M. Macron "s'oriente vers ce que j'avais proposé: 3 mois obligatoires, filles et garçons", a déclaré l'ancien allié de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

Le député de l'Essonne a estimé que ce projet n'était "pas trop cher" au regard des "autres coûts de la délinquance". "L'absence de sens civique, la perte de la conscience de ce qu'est une nation, de ce qu'est être français, de nos valeurs républicaines, l'apprentissage du vivre ensemble, ça coûte combien en violences, en solitude, en pertes de repères?", a-t-il demandé.

Le service national obligatoire, dont un rapport parlementaire sera présenté mercredi, devrait comporter "une partie obligatoire de 3 à 6 mois", a déclaré mardi soir Emmanuel Macron.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le