Si Macron nomme un Premier ministre de droite, il faudra “en tenir compte”, assure le juppéiste Boyer

Si Macron nomme un Premier ministre de droite, il faudra “en tenir compte”, assure le juppéiste Boyer

Le juppéiste Gilles Boyer, candidat LR dans les Hauts-de-Seine, a estimé mercredi sur RTL que si Emmanuel Macron nommait un...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le juppéiste Gilles Boyer, candidat LR dans les Hauts-de-Seine, a estimé mercredi sur RTL que si Emmanuel Macron nommait un Premier ministre de droite, il faudrait "en tenir compte".

"Je comprends ceux qui parmi nous ont envie de participer à cette tentative de redressement du pays indispensable", a-t-il dit, appelant à "éviter exclusion et invective" au sein de sa famille politique.

"Et si Emmanuel Macron désigne lundi un Premier Ministre qui appartient aux Républicains ou appartient à la famille de la droite et du centre, nous ne pouvons pas ne pas en tenir compte", a déclaré l'ancien directeur de campagne d'Alain Juppé à la primaire de la droite.

Il estime que ce qu'"est en train de créer Emmanuel Macron va bien au-delà du clivage droite/gauche traditionnel" et que "dans cette tentative, dans cette entreprise, le choix de son Premier Ministre (…) sera déterminant".

"En tout cas, en tant qu'homme de droite, j'aurai du mal à me dire que la nomination d'un Premier Ministre appartenant à la droite et au centre, est une mauvaise nouvelle", a-t-il insisté. Alors que le nom du député-maire LR du Havre Edouard Philippe, dont il est très proche, revient très souvent depuis quelques jours comme premier ministrable de droite, Gilles Boyer affirme que "s'il était Président de la République, (il nommerait) Edouard Philippe Premier ministre".

Ces propos ont crée l'émoi au comité de campagne LR qui s'est tenu un peu plus tard, certains l'accusant de "jouer contre son camp" en plombant "les candidatures LR" aux législatives, selon des sources concordantes.

"Ensuite on aurait quoi ? Un Premier ministre issu de nos rangs, faisant campagne contre nos candidats ?", a ajouté un ténor.

Fabienne Keller, sénatrice elle aussi juppéiste, a aussi estimé sur RMC que la nomination d'un Premier ministre de droite "serait un signe déterminant sur sa volonté réelle de mettre en œuvre" ce que M. Macron "a annoncé: faire de la politique en fédérant centre-droit et centre-gauche".

Sur LCP, le député PS François Loncle a estimé qu'Emmanuel Macron "a probablement intérêt à prendre un Premier ministre Républicain. J’en vois trois: Edouard Philippe, Bruno Le Maire ou Xavier Bertrand".

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Si Macron nomme un Premier ministre de droite, il faudra “en tenir compte”, assure le juppéiste Boyer
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le