Si Versailles m’était conté…

Si Versailles m’était conté…

Sur le plateau d’ « On va plus loin », Catherine Pégard, la présidente du Château de Versailles, vient nous parler des coulisses de la résidence officielle des rois de France.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Classé au patrimoine mondial de l’humanité, le château de Versailles reste à la fois un lieu touristique et un lieu diplomatique, où certains dirigeants internationaux sont reçus.

L’actualité du château est marquée par la réouverture début mai, de la « Maison de la Reine », dans les jardins de Trianon, après avoir été restaurée et remeublée.

Et si, on parle restauration, on doit parler argent. Le budget du château de Versailles est de 130 millions d’euros. Sa présidente, Catherine Pégard le décortique pour nous : « La subvention de l’État représente à peu près 25% de notre budget. Les plus gros contributeurs du château de Versailles sont ses visiteurs : 7,5 millions de visiteurs par an. Et pour le reste, nous avons des mécènes. »

Outre les mécènes français, il y a également des mécènes étrangers et notamment américains : « Par tradition [ils] ont toujours été mécènes de ce lieu qui représente beaucoup pour eux, puisque c’est là que la Révolution Américaine a été soutenue par le roi Louis XVI » explique Catherine Pégard.

« Quand les Américains viennent à Versailles, ils ont leur propre histoire qui défile (…) C’est la raison pour laquelle ils nous accompagnent dans des projets qui sont souvent très ambitieux, à la suite de Rockefeller [industriel et philanthrope – NDLR], qui après la première guerre mondiale, a sauvé Versailles » ajoute-t-elle.

 

Interrogée sur le futur « Loto du patrimoine », qui a pour objectif de financer certains monuments publics, et dont le château de Versailles ne bénéficiera pas, Catherine Pégard répond : « Il y a beaucoup de monuments qui ont moins la chance de rayonner dans le monde et qui auront besoin de cette aide du loto. Nous-même, nous avons fait un jeu de grattage, il y a quelques années, pour le château de Versailles, grâce à la fédération française des jeux. Nous étions précurseurs (…) et nous avons pu (…) faire un ascenseur à Versailles pour les [personnes] handicapé(e)s (…) Je pense que ce loto va pouvoir aider des monuments qui seraient en péril et qui vont comme ça pouvoir être ouverts au public. Parce que l’idée c’est bien de montrer tout ce patrimoine culturel. De le montrer aux Français et de le montrer au monde entier. »

 

 

Que ce soit avec la réception de Poutine en 2017 ou le G7 organisé par Mitterrand en 1982, le château de Versailles est également un outil diplomatique. « C’est le général de Gaulle qui, le premier, a voulu refaire de Versailles, un lieu de rendez-vous diplomatique important, en aménageant une résidence présidentielle au Grand Trianon, et en y accueillant là ses hôtes diplomatiques les plus prestigieux » raconte Catherine Pégard.  « Pour des relations souvent plus intimes que celles qu’on peut avoir dans une visite d’état, dans un dialogue à l’Élysée. Quand on reçoit à Versailles, les choses prennent une tournure différente. C’est à la fois un lieu de pouvoir mais aussi le symbole culturel de la France » estime-t-elle.

 

Vous pouvez voir et revoir l’entretien avec Catherine Pégard, la présidente du château de Versailles (en intégralité) :

OVPL : entretien avec catherine Pégard, présidente du château de Versailles ( en intégralité)
07:29

Dans la même thématique

Paris: Designation Bureau Assemblee Nationale
8min

Politique

Avec 11 groupes politiques, l’Assemblée nationale plus émiettée que jamais

Les députés élus ou réélus ont choisi le groupe politique auquel ils se rattachent. Avec onze groupes parlementaires déclarés, cette XVIIème législature établit un nouveau record de la Vème République. Symbole de la recomposition politique encore en cours après la dissolution. Revue d’effectifs par ordre décroissant.

Le

Si Versailles m’était conté…
7min

Politique

Avec leur « pacte législatif d'urgence », les LR refusent « le blocage du pays » mais posent aussi leurs lignes rouges

Les Républicains ont présenté ce lundi une série de réformes, très marquées à droite, et qui seraient soutenues par leurs élus si elles venaient à être reprises par le prochain gouvernement. Il n’est toujours pas question, en revanche, pour Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, les deux chefs de file de la droite parlementaire, de participer à une quelconque coalition.

Le

FRA : Hotel de MATIGNON
7min

Politique

Nouveau Front populaire : des parlementaires ne voient pas d’issue avant la fin de l’été

La gauche est toujours dans l’impasse, deux semaines après le résultat des législatives. Les quatre principaux partis du Nouveau Front populaire ne sont toujours pas parvenus à se mettre d’accord autour d’un nom partagé de tous pour Matignon. Plusieurs parlementaires estiment ces divisions contreproductives, en l’absence d’appel de l’Élysée.

Le