Six hommes, une femme: sept profils pour la primaire du PS

Six hommes, une femme: sept profils pour la primaire du PS

Voici une courte présentation des sept candidats à la primaire élargie organisée par le Parti socialiste les 22 et 29 janvier:
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Voici une courte présentation des sept candidats à la primaire élargie organisée par le Parti socialiste les 22 et 29 janvier:

Manuel Valls

54 ans, ancien Premier ministre (mars 2014-décembre 2016), après avoir été ministre de l'Intérieur. Iconoclaste à gauche, il défend une laïcité stricte et tient un discours volontiers pro-entreprise.

Né espagnol et naturalisé Français à 20 ans, il a présenté sa candidature à la présidentielle, dont il rêve ouvertement depuis des années, après le retrait de François Hollande, qu'il a poussé à ne pas se représenter.

Les candidats à la primaire organisée par le PS
Les candidats à la primaire organisée par le PS
AFP

Élu maire d’Évry en 2001, puis député en 2002, il a déjà été candidat à la primaire en 2011, où il n'avait réuni que 5,63% des voix.

Outre l'élection en 2017, il joue également son avenir politique et une éventuelle candidature en 2022, que lui permettrait idéalement la prise du parti socialiste.

Arnaud Montebourg

54 ans, ancien ministre du Redressement productif puis de l’Économie (mai 2012-août 2014). Ambassadeur du "made in France", c'est un farouche critique de l'austérité libérale européenne, au talent oratoire et à la prestance reconnus.

Arnaud Montebourg en meeting pour la primaire le 9 janvier 2017 à Paris
Arnaud Montebourg en meeting pour la primaire le 9 janvier 2017 à Paris
AFP

Longtemps considéré comme un "trublion" à gauche, cet avocat de formation, volontiers provocateur, s'était fait "faiseur de princes" en 2011, lorsqu'il remporte 17% des voix à la primaire. Il avait alors appelé à voter pour François Hollande, malgré son appartenance à l'aile gauche du parti.

En quittant Bercy, il s'est formé et reconverti dans le privé. Il avait auparavant promis qu'il ne se représenterait plus à aucune élection sauf la présidentielle.

Benoît Hamon

Benoît Hamon en campagne pour la primaire organisée par le PS, le 10 janvier 2017 à Montpellier
Benoît Hamon en campagne pour la primaire organisée par le PS, le 10 janvier 2017 à Montpellier
AFP

49 ans, leader de l'aile gauche du parti socialiste. Ancien président du MJS (1993-1995) qui lui conserve ses suffrages, il a été ministre délégué à l'Économie sociale et solidaire (mai 2012- avril 2014) puis brièvement ministre de l’Éducation avant de quitter précipitamment le gouvernement en août 2014 en même temps qu'Arnaud Montebourg.

Converti à l'écologie, M. Hamon défend la mise en place d'un revenu universel, la légalisation du cannabis et veut relancer la réflexion sur la réduction du temps de travail.

Vincent Peillon

56 ans, s'était éclipsé du débat politique hexagonal en 2014 en quittant son poste de ministre de l’Éducation (mai 2012-avril 2014). Redevenu député européen la même année, il fait figure d'intellectuel, et se voit parfois reprocher son arrogance.

Vincent Peillon en campagne pour la primaire organisée par le PS, le 10 janvier 2017 à Latresne près de Bordeaux
Vincent Peillon en campagne pour la primaire organisée par le PS, le 10 janvier 2017 à Latresne près de Bordeaux
AFP

Professeur de philosophie, il a été qualifié de "Docteur Vincent et Monsieur Peillon" par Pierre Moscovici pour avoir souvent changé de camp au sein du parti socialiste. Il a de fait été successivement proche d'Arnaud Montebourg ou de Benoît Hamon avec qui il a créé en 2003 le Nouveau parti socialiste, puis de Ségolène Royal, de Dominique Strauss-Kahn avant de rejoindre la campagne de François Hollande en 2012.

Au delà de la primaire, qu'il assure avoir rejointe pour défendre le bilan du quinquennat et pallier le retrait de M. Hollande, il n'a rien dévoilé sur ses ambitions.

Sylvia Pinel

Sylvia Pinel lors de la présentation de son programme le 5 janvier 2017 à Paris
Sylvia Pinel lors de la présentation de son programme le 5 janvier 2017 à Paris
AFP/Archives

39 ans, présidente du Parti radical de gauche depuis quelques mois, est la seule femme concourant dans cette primaire. Totalement inconnue avant 2012, elle a depuis été ministre de l'Artisanat et du Commerce (mai 2012-avril 2014) puis ministre du Logement (avril 2014-février 2016) avant de quitter le gouvernement pour son mandat de vice-présidente de la région Occitanie.

Très réservée, cette jeune députée du Tarn-et-Garonne depuis 2007 est une proche de Jean-Michel Baylet, indéboulonnable président du PRG pendant 20 ans dont elle a été cheffe de cabinet.

François de Rugy

43 ans, est un Nantais député de Loire-Atlantique depuis 2007 et président du Parti écologiste, créé un an après son départ fracassant d'Europe Écologie-Les Verts en août 2015.

François de Rugy le 16 décembre 2016 à Paris
François de Rugy le 16 décembre 2016 à Paris
AFP/Archives

Ardent défenseur de l'écologie ayant toujours été proche des socialistes, il avait vivement protesté lorsque Cécile Duflot et Pascal Canfin avaient décidé de quitter le gouvernement en avril 2014, y voyant une décision prise "à titre personnel" par l'ancienne ministre du Logement, dont l'inimitié avec Manuel Valls est connue.

Jean-Luc Bennahmias

Jean-Luc Bennahmias le 11 octobre 2016 à Paris
Jean-Luc Bennahmias le 11 octobre 2016 à Paris
AFP/Archives

62 ans, président du Front démocrate et coprésident avec Jean-Vincent Placé de l'Union des démocrates et des écologistes. Il est auparavant passé par les Verts, dont il a été secrétaire national entre 1997 et 2001, et le MoDem, qu'il a participé à fonder avec François Bayrou en 2007, avant de le quitter sept ans plus tard.

Directeur de campagne de Noël Mamère pour la présidentielle de 2002, cet ancien journaliste a été élu député européen en 2004 et réélu en 2009. Il avait appelé à voter pour François Hollande en 2012.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le