SNCF: C’est la “loi qui décide”, pas un référendum, prévient Le Gendre

SNCF: C’est la “loi qui décide”, pas un référendum, prévient Le Gendre

Le député LREM de Paris Gilles Le Gendre a affirmé jeudi sur France Info, à propos de l'initiative des syndicats d'un référendum...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le député LREM de Paris Gilles Le Gendre a affirmé jeudi sur France Info, à propos de l'initiative des syndicats d'un référendum sur la réforme SNCF, que c'était "la loi qui décide", pas des référendums dans une entreprise.

"C'est la loi qui décide, ce n'est pas des référendums à l'intérieur d'une entreprise", a déclaré le député de Paris à propos de l'initiative de l'intersyndicale SNCF de lancer la semaine prochaine une consultation pour demander aux cheminots s'ils sont "pour ou contre" la réforme ferroviaire.

Ce référendum n'est "pas embarrassant", a ajouté le porte-parole des députés La République en Marche en estimant qu'il "entretient l'illusion selon laquelle, parce qu'il y aurait une réponse massive d'opposition à la réforme, on pourrait revenir dessus. Ce n'est pas vrai", a-t-il dit.

"Je remarque qu'on pose la question sur la réforme, on ne leur dit pas +est-ce que vous êtes pour la poursuite de la grève?+", a-t-il noté.

"Nous sommes entrés dans une nouvelle phase qui doit conduire à la fin de la grève parce qu'elle est souhaitable, que les Français ne comprennent pas ce conflit et qu'elle est possible parce le cadre de la loi a été voté", a-t-il expliqué.

"On est en train tous de chercher un scénario qui permette de sortir de la crise sans évidement que personne ne perde la face. C'est notre ambition. C'est notre volonté dans un cadre de la réforme qui lui ne bougera pas", a-t-il insisté.

L'élu a par ailleurs ironisé en estimant que c'était "amusant de voir la CGT ou La France Insoumise utiliser maintenant les référendums qu'ils décriaient quand on les a introduits dans les ordonnances sur le travail".

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le