SNCF : « C’est toute une France qu’on va délaisser », prévient Emmanuel Maurel

SNCF : « C’est toute une France qu’on va délaisser », prévient Emmanuel Maurel

Invité de Territoires d’Infos, l’eurodéputé PS critique les recommandations du rapport Spinetta sur la réforme de la SNCF. Il se joindra à la CGT, le 22 mars, pour la manifestation nationale des cheminots.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le secrétaire général de la CGT annonçait une « manifestation nationale des cheminots » pour protester contre la réforme annoncée de la SNCF, vendredi. « Oui, j’y participerai », confirme Emmanuel Maurel. C’est le rapport Spinetta qui a mis le feu aux poudres. Diligenté par l’exécutif, ce rapport esquisse les principales réformes qui pourraient être mises en œuvre en vue d’une réforme de la SNCF. « Derrière le rapport Spinetta, il y a certain nombre de choses qui sont très inquiétantes », affirme Emmanuel Maurel, ce lundi sur Territoires d’Infos. Selon lui, « la remise en cause du statut du cheminot (…) c’est le prélude à la privatisation » du service public ferroviaire.  

 « Ce qui me choque le plus, c’est évidemment la volonté de supprimer un certain nombre de lignes qui sont considérées comme étant non rentables », fulmine l’eurodéputé PS. Cette piste figure effectivement parmi les recommandations du rapport Spinetta. Selon Emmanuel Maurel, la suppression des lignes non rentables pourrait « avoir des conséquences concrètes pour le paysage territorial de la France. » « Aujourd’hui vous avez de plus en plus de villes moyennes voire de petites villes où il n’y a plus de postes, où il y a de moins en moins d’écoles et maintenant il va y avoir la suppression de gares », observe l’eurodéputé qui juge que « c’est toute une France qu’on va délaisser, qu’on va abandonner au profit des seules métropoles ». Une inquiétude largement partagée au Sénat (lire notre article).

« La SNCF c’est un service public donc l’objectif de rentabilité n’est pas premier » veut rappeler Emmanuel Maurel. Mais la dette de la SNCF, qui avoisine les 45 milliards d’euros selon le rapport, inquiète le gouvernement. Vendredi, Bruno Le Maire expliquait que si un redressement de la SNCF n’était pas opéré on irait « droit dans le mur ». Ce déficit important est dû à « des erreurs de gestion incontestables », d’après Emmanuel Maurel. « La dette est due en partie à des investissements hasardeux et surtout au fait d’avoir privilégié systématiquement les lignes à grande vitesse », analyse-t-il. Pour autant, le député européen pointe « un retard massif d’investissements pour tout ce qui n’est pas lignes à grande vitesse ».

Dans la même thématique

SNCF : « C’est toute une France qu’on va délaisser », prévient Emmanuel Maurel
4min

Politique

Lettre d’Emmanuel Macron : « Je crois que les Français ne sont pas dupes et qu’ils savent que c’est un tour de passe-passe », juge Fabrice Leggeri (RN)

A quelques jours du premier tour des élections législatives, Fabrice Leggeri, porte-parole du RN a détaillé plusieurs éléments du programme du parti de Jordan Bardella. Ce dernier qualifie la lettre d’Emmanuel Macron de « tour de passe-passe » et envisage la démission d’Emmanuel Macron si les élections ne permettent pas de dégager une majorité absolue.

Le

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention toute particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le