SNCF: Darmanin “pas opposé” à la suppression du statut de cheminot

SNCF: Darmanin “pas opposé” à la suppression du statut de cheminot

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a assuré lundi qu'il n'était pas opposé à la suppression du statut de cheminot à la SNCF et s...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a assuré lundi qu'il n'était pas opposé à la suppression du statut de cheminot à la SNCF et s'est aussi dit favorable à l'introduction du salaire au mérite chez les fonctionnaires.

"Je pense qu'il n'y a pas de tabou. Je ne suis pas opposé à cela", a affirmé le ministre sur BFMTV/RMC, interrogé sur la suppression du statut de cheminot comme le préconise le rapport Spinetta présenté la semaine dernière.

"Pour la première fois de notre histoire, il y a un rapport qui fait la vérité, qui ne fait pas de +bullshit+ (baratin, ndlr), sur la SNCF, qui est une grande entreprise à laquelle les Français sont attachés, mais qui a 50 milliards d'euros de dettes (...)", a-t-il rappelé.

"Personne n'a jamais rien fait de très conséquent pour réformer cette chose d'autant que l'on va ouvrir à la concurrence dans quelques mois, dans quelques années", a poursuivi le ministre.

Réunion à Matignon sur les réformes de la SNCF préconisées par le rapport Spinetta avec notamment le Premier ministre Edouard Philippe (2e à gauche) et le président de la SNCF Guillaume Pepy (2e à droite), le 19 février 2018 à Paris
Réunion à Matignon sur les réformes de la SNCF préconisées par le rapport Spinetta avec notamment le Premier ministre Edouard Philippe (2e à gauche) et le président de la SNCF Guillaume Pepy (2e à droite), le 19 février 2018 à Paris
AFP

"Il est donc tout à fait normal de tirer toutes les conséquences de ce rapport", a-t-il ajouté, au moment où Guillaume Pepy, président du groupe et PDG de SNCF Mobilités, Frédéric Saint-Geours, président du conseil de surveillance, et Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau, sont reçus à Matignon pour évoquer les profondes réformes préconisées par le rapport remis jeudi au Premier ministre Edouard Philippe.

Parmi les pistes évoquées dans le rapport commandé à l'ex-président d'Air France Jean-Cyril Spinetta: une transformation en "sociétés nationales à capitaux publics" des deux principales composantes de l'entreprise, SNCF Mobilités et SNCF Réseau, aujourd'hui établissements publics à caractère industriel et commercial (Epic), et la fin du statut de cheminot à l'embauche.

En revanche, M. Darmanin s'est déclaré "favorable au statut de la fonction publique", tout en se disant "aussi favorable aux plans de départ".

"Ce n'est pas un plan de départs volontaires en général: on ne va pas faire partir des professeurs d'éducation nationale dont on a besoin ou des infirmiers dans l'hôpital public", a-t-il expliqué.

Le ministre s'est déclaré aussi favorable à la rémunération au mérite des agents publics, mais en se basant sur d'autres critères que dans le privé. Il a évoqué notamment "le présentéisme".

"On va travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite", a expliqué M. Darmanin. "Oui, je suis d'accord pour que l'on mesure et que l'on rémunère au mérite", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le