SNCF: la CFDT poursuit la grève et va proposer “une quarantaine d’amendements”

SNCF: la CFDT poursuit la grève et va proposer “une quarantaine d’amendements”

La CFDT Cheminots va poursuivre la grève à la SNCF et déposera "une quarantaine d'amendements" en vue de l'examen au Sénat du...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

La CFDT Cheminots va poursuivre la grève à la SNCF et déposera "une quarantaine d'amendements" en vue de l'examen au Sénat du projet de loi de réforme ferroviaire, a-t-elle indiqué après son entretien lundi avec le Premier ministre Edouard Philippe.

Il n'est "pas question de lever la mobilisation. On continue", a déclaré Didier Aubert, secrétaire général de la CFDT Cheminots, reçue pour "la première fois" par M. Philippe depuis le début du conflit.

"On a rencontré un Premier ministre très déterminé sur ses axes mais, derrière ça, prêt à ouvrir des discussions sur des sujets qui nous semblent importants comme celui du nouveau cadre social des nouveaux cheminots, comme celui de la dette, de la pérennisation du financement des infrastructures ferroviaires", a ajouté M. Aubert.

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a souligné de son côté que cette réunion inscrivait le dossier ferroviaire "clairement dans une deuxième phase" où il sera possible de "formuler des propositions avant le passage au Sénat, par le biais d'amendements".

"La CFDT a déjà travaillé sur une quarantaine d'amendements qui seront proposés" et qui concernent "l'ouverture à la concurrence, le statut de l'entreprise, la situation très concrète des cheminots", a-t-il précisé, soulignant qu'à la CFDT, c'est "mobilisation et proposition, proposition et mobilisation".

Mais "il n'y a pas sur les éléments de calendrier ou de cadre votés à l'Assemblée de retour du Premier ministre" qui "a un langage assez clair et très cash sur le sujet", a ajouté M. Berger.

Sur la reprise de la dette de la SNCF, "il n'y a pas d'annonce chiffrée", a-t-il confirmé, mais il s'agira d'"une reprise substantielle qui sera précisée d'ici l'ouverture du débat au Sénat" (prévu à partir du 23 mai).

Pour la convention collective de la branche ferroviaire, "nous avons beaucoup insisté pour dire qu'il fallait que l'Etat s'implique dans la discussion avec le patronat" (l'Union des transports publics et ferroviaires, UTP) "pour construire le nouveau cadre social, de haut niveau pour les cheminots", a aussi indiqué M. Berger: "Je crois qu'il a compris qu'on ne pouvait pas laisser le patronat sans une forme de pression sur la discussion sur un nouveau cadre social."

Lors de la réunion mercredi soir de l'intersyndicale CGT, Unsa, SUD et CFDT, "on va voir si on maintient" la journée "sans cheminots" le 14 mai, "ou si on décale dans le temps car ça se prépare, une journée zéro cheminot", a souligné M. Aubert.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le