SNCF : La CGT veut donner un « caractère aérien » à la mobilisation

SNCF : La CGT veut donner un « caractère aérien » à la mobilisation

À l’issue de sa réunion à Matignon, la CGT Cheminots a déclaré vouloir maintenir la « journée sans cheminots » du 14 mai. Cette mobilisation pourrait même prendre un « caractère aérien », selon elle.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Mécontente de son entrevue avec le Premier ministre Édouard Philippe sur la réforme ferroviaire, la CGT veut maintenir la pression. Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT-Cheminots veut plaider pour un maintien de la « journée sans cheminots » du 14 mai, lors de la réunion entre les différentes fédérations ce mercredi.

Mais ce n’est pas tout, le représentant syndical envisage même de donner « un caractère aérien » à cette journée de mobilisation. « On poussera à ce qu’elle soit maintenue, voire même qu’elle prenne un caractère aérien », a annoncé tout sourire Laurent Brun, en gardant le mystère.

« Ce sera la surprise »

S’agira-t-il d’une jonction avec le mouvement social en cours à Air France ? « Non, non, c’est autre chose », selon lui. « Vous verrez mercredi, ce sera la surprise. »

Une hypothèse pourrait être un appel à la grève dans l’Aviation civile, qui s’était mobilisée le 22 mars dans le cadre d’un mouvement de la fonction publique. Une seule certitude, le premier syndicat du secteur, l’USAC-CGT a déposé il y a deux semaines un préavis de grève pour le 22 mai.

Autre possibilité : il pourrait s’agir d’une allusion au sort de la direction de la SNCF, et à l’avenir de son PDG Guillaume Pépy. Et si trois jours après l’annonce de la démission du PDG d’Air France, Jean-Marc Janaillac, désavoué après le rejet d’un accord par plus de 55% des salariés, la CGT était tentée de faire le parallèle ?

Sur Twitter, la CGT Cheminots de Montauban appelait samedi à la tenue d’un « référendum interne » au sein de la SNCF sur la réforme. « Si les cheminotes et les cheminots refusent la réforme, Pépy doit partir », prévenait la fédération.

Cette option ne recueille pas l’aval du patron de la CFDT, Laurent Berger, interrogé à notre micro. «  La comparaison entre Air France et la SNCF ne vaut que si on politise le débat social », a-t-il réagi. « La question n’est pas de dégager je ne sais qui. La question c’est : que construit-on comme cadre social et comme avenir du ferroviaire demain ce pays ? »

« La comparaison entre Air France et la SNCF ne vaut que si on politise le débat social », pour Laurent Berger
00:57
Propos recueillis par Clément Perrouault

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

SNCF : La CGT veut donner un « caractère aérien » à la mobilisation
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le