SNCF, pauvreté: le patron de la CFDT a dit à Macron que “la méthode ne convenait pas”

SNCF, pauvreté: le patron de la CFDT a dit à Macron que “la méthode ne convenait pas”

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a déclaré vendredi avoir rencontré il y a "quelques jours" Emmanuel Macron, pour...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a déclaré vendredi avoir rencontré il y a "quelques jours" Emmanuel Macron, pour lui dire que "la méthode" pour mener des réformes et "la façon un peu surplombante d'exercer le pouvoir" ne convenaient pas.

"Je l'ai vu il y a quelques jours. Il n'est pas anormal qu'un responsable syndical rencontre le président de la République", a déclaré sur RMC/BFM TV M. Berger, ajoutant qu'il n'avait pas vu Emmanuel Macron "depuis octobre".

"Je lui ai dit qu'on manquait de politique sociale assumée dans notre pays. Et que le sentiment qui se développait chez les salariés et chez les militants de la CFDT, c'était que ça penchait toujours du même côté. C'est-à-dire (du côté de) la libération des énergies, la facilitation de la performance économique, mais jamais du côté de la solidarité, de la justice sociale, de l'attention aux plus fragiles, du pouvoir d'achat...", a-t-il poursuivi, sans préciser la durée ou l'objet de la rencontre.

La "deuxième chose" qu'il a dit avoir évoquée, "c'est qu'il n'y a pas de transformation qui vaille dans ce pays si on ne fait pas avec ceux qui sont les premiers concernés, c'est-à-dire les Français".

"Je lui ai dit que la méthode ne convenait pas aujourd'hui" ni "la façon un peu surplombante d'exercer le pouvoir", a-t-il ajouté.

Concernant la réforme ferroviaire, M. Berger a "dit" au chef de l'Etat que "quand on veut transformer la SNCF, il ne faut pas stigmatiser les cheminots, il faut faire avec eux. Quand on veut transformer un système de formation professionnelle, on n'a pas intérêt de se braquer avec les branches professionnelles ou avec les organisations syndicales parce qu'elles sont capables de relayer des préoccupations et de construire des dispositifs".

Selon lui, il a "été écouté" "mais maintenant, c'est lui qui préside, on verra dans les mois à venir".

Le patron de la CFDT a prévenu le président qu'il "l'attendait" sur la stratégie pauvreté, qui doit être présentée au début de l'été.

"On ne peut pas refaire ce qui a été fait sur les banlieues, un tour de passe-passe. Il va falloir de vrais engagements, il en va de la cohésion sociale de notre pays", a conclu M. Berger.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

SNCF, pauvreté: le patron de la CFDT a dit à Macron que “la méthode ne convenait pas”
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le