Soignants et pompiers non vaccinés : le sénateur Loïc Hervé demande des chiffres précis

Soignants et pompiers non vaccinés : le sénateur Loïc Hervé demande des chiffres précis

Le sénateur centriste Loïc Hervé a dénoncé sur Public Sénat la difficulté de disposer de données précises et couvrant l’ensemble des personnels suspendus pour ne pas s’être conformés à l’obligation vaccinale.
Guillaume Jacquot

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Combien sont-ils à être suspendus ? Interdits d’exercer ? En arrêt maladie ? En disponibilité ou dans d’autres positions administratives ? Le ministre [de la santé] dit qu’il ne peut pas répondre. » Sur Public Sénat ce 20 juillet, le sénateur Loïc Hervé (Union centriste) insiste sur la difficulté de savoir combien de soignants et de pompiers sont suspendus au titre de l’obligation vaccinale contre le covid-19. « Nous n’arrivons pas à avoir un chiffre agrégé », déplore le parlementaire, alors que le sujet va s’inviter dans les débats parlementaires.

Auditionné au Sénat le 13 juillet 2022, le ministre de la Santé François Braun a reconnu que le sujet était compliqué. D’après lui, il y aurait 12 000 professionnels de santé non vaccinés. « C’est à peu près 0,4 % de l’ensemble des professionnels de santé. », a-t-il précisé. « Moins de 500 infirmières sur les 263 000 du service public hospitalier » seraient suspendues selon les données de la Fédération hospitalière de France (FHF).

À lire aussi » L’Académie de médecine « fermement » opposée à la réintégration des soignants non-vaccinés

Selon les syndicats des SDIS (Service départemental d’incendie et de secours), environ 140 sapeurs-pompiers professionnels étaient suspendus en octobre faute de vaccination, près de 5 000 pompiers volontaires.

« Regardez les conférences de presse à la sortie du Conseil des ministres », a répliqué à Loïc Hervé le sénateur Xavier Iacovelli. La semaine dernière, Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, faisait état de 600 infirmières et 75 médecins suspendus dans les hôpitaux pour non-vaccination contre le covid-19. Bernard Jomier, sénateur apparenté PS, a lui affirmé que 0,5 % des pompiers professionnels étaient suspendus, contre 2 % chez les pompiers volontaires (sur un ensemble de 200 000). Avant de rebondir sur le débat de base, à savoir la réintégration ou non de ces personnes : « Je ne pense qu’on mène un raisonnement à partir des chiffres. On est dans un pays où il y a une loi et où les professions sont régies par des principes fondateurs. »

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le