Sondage : 56% des Français contre l’accueil de l’Aquarius dans un port français

Sondage : 56% des Français contre l’accueil de l’Aquarius dans un port français

Une majorité de Français estime que le gouvernement a fait le bon choix en n’offrant pas l’accueil au navire humanitaire qui transportait 630 migrants, selon une enquête réalisée par OpinionWay pour Public Sénat, Les Échos et Radio Classique.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le navire affrété par l’ONG SOS Méditerranée, transportant 630 migrants sauvés de la noyade, est au cœur d’une crise diplomatique en Europe depuis une semaine. En France, avant qu’il n’annonce qu’une partie des passagers « répondant aux critères du droit d’asile » serait prise en charge, le gouvernement a été critiqué pour son inaction, notamment à gauche.

Fallait-il laisser le bateau accoster dans un port français ? Le clivage se retrouve dans l’opinion. 42% des Français estiment que le gouvernement aurait dû accueillir l’Aquarius, selon une enquête réalisée par OpinionWay pour Public Sénat, Les Échos et Radio Classique. Mais 56% des sondés pensent le contraire (2% ne se prononcent pas).

Les déclarations d’Emmanuel Macron à l’égard de l’Italie sont très majoritairement désapprouvées

Si la majorité des personnes interrogées semble suivre le gouvernement sur ce point, la situation est bien différente sur la réaction diplomatique. Les Français désapprouvent très nettement les déclarations d’Emmanuel Macron à l’encontre de l’Italie. Le chef de l’État, qui avait dénoncé le « cynisme et l’irresponsabilité » de l’Italie, après que celle-ci a refusé l’accès de l’Aquarius à ses côtes, ne reçoit le soutien que de 37% des sondés. 61% des personnes interrogées désapprouvent les déclarations (2% ne se prononcent pas).


Le sondage a été réalisé du 13 au 15 juin 2018, par questionnaire auto-administré en ligne, auprès d’un échantillon de 1020 personnes représentatif de la population français âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Pour un échantillon de 1.000 personnes, la marge d’erreur est comprise entre 1,5 et 3 points.

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Sondage : 56% des Français contre l’accueil de l’Aquarius dans un port français
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le