Sondage : 76% des Français approuvent l’audition d’Alexandre Benalla au Sénat

Sondage : 76% des Français approuvent l’audition d’Alexandre Benalla au Sénat

Selon un sondage IFOP pour Public Sénat, 76 % des Français approuvent l’audition d’Alexandre Benalla par la commission d’enquête du Sénat mercredi. Et 64% trouvent « utile » que la chaîne parlementaire Public Sénat la diffuse.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Si plusieurs sénateurs LREM ont décidé de boycotter l’audition d’Alexandre Benalla demain matin, considérant qu’il s’agissait plus d’une « opération de communication qu’une recherche effective de la vérité », pour les Français le sentiment semble être tout autre. En effet selon un sondage IFOP réalisé pour Public Sénat, 76% des Français approuvent le choix de la commission d’enquête du Sénat d’auditionner Alexandre Benalla.  

sondage1.jpg

Une audition à suivre sur Public Sénat, dans le cadre d’une émission spéciale à partir de 7H. Au programme : duplex décryptages en plateau et bien sûr trois auditions diffusées en direct : Alexandre Benalla à 8H30, Vincent Crase, employé LREM, gendarme réserviste présent le 1er mai, place de la Contrescarpe à 10H30. Et à midi Yann Drouet, l’ancien chef de cabinet du préfet de police de Paris clôturera les travaux de la commission d’enquête pour la journée. 64% des Français considèrent qu’il est « utile que la chaîne parlementaire Public Sénat diffuse ces auditions ».

sondage2.jpg

68% des sondés considèrent que cette diffusion « permet de mieux faire comprendre aux citoyens un aspect du travail parlementaire ». Pour 63%, elle « renforce l’utilité d’une chaîne comme Public Sénat en tant que relai du débat démocratique ». 60% estiment que diffuser les travaux de la commission d’enquête « favorise le contrôle des acteurs politiques par les citoyens ». Enfin, 58% pensent que la retransmission des débats « associe les citoyens à l’action des sénateurs »

sondage3.jpg

 

Méthodologie :

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 019 personnes, représentatif de la population française, âgée de 18 ans et plus.

La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession

 de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne les 12 et 13 septembre 2018.

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le