Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV

Sondage : Bardella plus fort que Renaissance chez les cadres, Hayer devant dans la région parisienne et un vote Glucksmann assez homogène

Selon notre sondage Odoxa, avec Mascaret, pour Public Sénat et la presse régionale, un Français sur deux serait prêt à se déplacer dimanche pour les européennes. Les plus âgés et les plus fortunés sont les plus susceptibles de voter. Jordan Bardella fait de gros scores dans toutes les catégories, en particulier chez les 35-64 ans, dans les petites villes et chez les employés et ouvriers.
François Vignal

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

C’est l’heure de la « cristallisation ». A trois jours des élections européennes, notre sondage Odoxa, avec Mascaret, pour Public Sénat et la presse régionale, confirme les grandes tendances des intentions de votes.

On observe cependant quelques ajustements : 32 % pour le RN Jordan Bardella, qui perd 2 points (comparé au mois de mai). 15 % Pour Valérie Hayer (Renaissance), 14 % pour Raphaël Glucksmann (PS-PP, +0,5), 7 % pour Manon Aubry (LFI), 7 % pour François-Xavier Bellamy (LR), 5 % pour Marie Toussaint (Les Ecologistes, -1), 6 % pour Marion Maréchal (Reconquête, +2), 3,5 % pour le Parti animaliste (+2) et 2 % pour Léon Deffontaines (PCF, -0,5). Pour plus de détails sur les intentions de vote, voir notre article sur le sujet.

52 % des cadres comptent aller aux urnes, 42 % des employés et ouvriers

Le sondage est également riche en enseignements sur le profil des Français prêts à se déplacer dimanche. Le taux de participation est donné à 50,7 % dans cette étude. En 2019, la participation s’était élevée à 50,12 %.

54 % des hommes comptent voter, contre 45 % des femmes. Le taux de participation attendu est beaucoup plus élevé chez les plus âgés (60 % chez les 65 ans et plus, contre 33 % chez les 18-24 ans) et chez les plus fortunés (61 % chez les foyers les plus aisés, contre 36 % chez les plus modestes).

Selon les catégories socioprofessionnelles, 52 % des cadres comptent aller aux urnes, 42 % des employés et ouvriers et 59 % des retraités.

La liste RN fait légèrement un meilleur score auprès des femmes que les hommes

Le profil de l’électorat de Jordan Bardella, qui rassemble 35 % du vote des femmes contre 30 % du vote des hommes (mais la différence est dans la marge d’erreur statistique), montre que la tête de liste RN consolide les franges de l’électorat souvent favorable au Rassemblement national : un vote plutôt âgé (42 % chez les 35-49 ans et 37 % chez les 50-64 ans, 25 % chez les 65 ans et plus), rural et périurbain (41 % du vote des communes rurales, 43 % des petites villes), très fort chez les employés et ouvriers (44 %), comme les indépendants (40 %).

Mais Jordan Bardella progresse aussi auprès des cadres, rassemblant 27 % de leur vote, dépassant de plus de dix points la liste de Valérie Hayer (16 %), alors qu’Emmanuel Macron est à l’origine fort sur cette frange de la population. Autre signal faible qui devrait alerter les macronistes : Raphaël Glucksmann dépasse la liste de la majorité chez les cadres, avec 19 %, la catégorie où il fait le plus haut score (mais la différence est dans la marge d’erreur).

Selon l’âge, Valérie Hayer fait son meilleur résultat chez les 65 ans et plus

La liste de Valérie Hayer fait son meilleur résultat chez les 65 ans et plus (24 %, quais au même niveau que le RN), contre seulement 9 % chez les 18-24 ans. C’est dans l’agglomération parisienne qu’elle réalise sont plus gros score (25 %), contre 9 % dans les communes rurales et 13 % dans les petites villes.

24 % des retraités sont prêts à voter Valérie Hayer selon notre sondage, contre 17 % des indépendants, 16 % des cadres et professions intermédiaires et seulement 6 % des employés et ouvriers.

Selon les catégories, Raphaël Glucksmann fait son plus gros score chez les cadres

Le vote pour la liste de Raphaël Glucksmann est assez homogène, ni trop bas, ni trop élevé, dans chaque catégorie : 11 % chez les 18-24 ans, 15 % chez les 65 ans et plus ; 12 % dans les communes rurales, 14 % dans les petites villes comme les métropoles, 17 % dans les villes moyennes et 14 % en région parisienne.

C’est chez les cadres que la liste PS-Place Publique fait son plus gros score, avec 19 %, 17 % chez les professions intermédiaires, contre 10 % chez les employés et ouvriers et 15 % chez les retraités.

Méthodologie :

Enquête réalisée par Internet du 5 au 6 juin 2024. Echantillon représentatif de 1808 Français âgés de 18 ans et plus dont 1654 inscrits sur les listes électorales. Point important : les marges d’erreur des intentions de vote s’établissent selon le score visé, entre plus ou moins 1,4 et 3 points.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le