Débat resize

Sondage européennes 2024 : Bardella creuse l’écart, Hayer dévisse, Glucksmann en embuscade

La tête de liste de la majorité présidentielle s’enfonce dans les intentions de vote pour le scrutin du 9 juin prochain, très largement devancée par le candidat RN Jordan Bardella qui continue d’engranger des points. Surtout, elle est désormais talonnée par Raphaël Glucksmann, le candidat PS-Place publique, qui poursuit sa remontada.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

À un peu plus d’un mois du scrutin des élections européennes, rien ne semble devoir enrayer la progression de la liste Rassemblement national, conduite par Jordan Bardella. Très largement en tête des intentions de vote, le président du RN caracole à 32 % (+2 points) dans le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, publié ce mardi 30 avril.

Jordan Bardella distance désormais de 16,5 points la liste de la majorité présidentielle, emmenée par Valérie Hayer. Avec 15,5 % d’intention de vote, l’eurodéputée Renaissance est en train de dévisser puisqu’elle perd jusqu’à 3,5 points par rapport au baromètre de février. En embuscade : la liste Parti socialiste-Place Publique de Raphaël Glucksmann, qui confirme la dynamique enclenchée depuis plusieurs semaines avec 12 % d’intention de vote, soit un point de plus en un mois.

sondage européennes JPEG

L’effondrement de la majorité présidentielle

En tenant compte de la marge d’erreur, (autour de 2,5 points), l’hypothèse d’un croisement des courbes entre la liste Renaissance-Modem-Horizons-UDI et la liste PS-Place Publique devient de plus en plus crédible. « Ces résultats sont le signe que l’allocution du président de vendredi dernier a été, inutile voire contreproductive pour soutenir ‘sa’ tête de liste », pointe Odoxa. Jeudi 25 avril, Emmanuel Macron a délivré depuis le grand amphithéâtre de la Sorbonne un discours fleuve sur sa vision de l’Union européenne. Cette prise de parole a été largement pointée du doigt par les oppositions, pour qui le chef de l’Etat a voulu voler au secours de sa majorité, en perdition dans les enquêtes d’opinion.

Ce manque d’adhésion s’exprime également à travers la faible popularité de Valérie Hayer qui suscite 35 % de rejet pour seulement 13 % d’adhésion. 50 % des Français interrogés évoquent de l’indifférence à son égard. Elle arrive à la 19e place sur 24 dans le classement Odoxa des personnalités politiques suscitant le plus de soutien ou de sympathie. « On peut le dire, la tête de liste de la majorité a totalement raté son entrée en campagne et court un grand danger en juin prochain de se faire rattraper par Glucksmann en plus de se faire écraser par Bardella », observe Gaël Sliman, le président d’Odoxa.

sympathie inidfférence jpeg

La double dynamique Bardella – Glucksmann

Inversement, « Bardella et Glucksmann sont en feu », selon la formule du sondeur. Pour la première fois, Jordan Bardella passe devant Marine Le Pen d’une très courte tête en termes de popularité : 36 % d’adhésion (+ 3 points), contre 35 % pour la cheffe de file des députés RN. Il arrive ainsi en seconde position de ce classement, juste derrière l’ancien Premier ministre Edouard Philippe (39 %, soit 4 points de moins en un mois).

Si Raphaël Glucksmann n’est qu’à la 9e place du palmarès, il engrange néanmoins 8 points de plus par rapport au précédent classement, réalisé fin mars. Surtout, l’essayiste devient la personnalité favorite des sympathisants de gauche et d’extrême gauche, à 45 % d’adhésion (+14 points), devant Jean-Luc Mélenchon (43 %, -8 points) et Fabien Roussel (42 %, +9 points).

« Cette poussée des deux candidats aux européennes n’est pas un hasard. D’ailleurs, ils sont tous les deux – de loin – les plus populaires (ou les moins impopulaires) des sept principales têtes de listes que nous testons dans notre baromètre politique », souligne Gaël Sliman.

Palmarès de l'adhésion jpeg
sympathisants de gauche JPEG

Mobiliser autour du conflit israélo-palestinien, une stratégie payante pour LFI ?

À la quatrième place dans les intentions de vote pour le scrutin du 9 juin, la liste Les Républicains conduite par François-Xavier Bellamy qui stagne sous la barre des 10 %, avec 8 % des intentions de vote (-0,5 %). Au coude à coude : la liste des écologistes emmenée par Marie Toussaint – à 7 %, soit presque moitié moins que le score enregistré par les verts en 2019 (13,5 %) -, et celle de Manon Aubry pour La France insoumise, également à 7 %.

L’eurodéputée, qui a choisi d’axer sa campagne sur le conflit israélo-palestinien, pourrait bientôt en ressentir les effets. Le cabinet Mascaret, qui a réalisé cette enquête d’opinion, pointe un phénomène sur les réseaux sociaux que ne captent pas encore les sondages : « La montée du soutien à la cause palestinienne en relais avec les mouvements de jeunesse, notamment à Sciences Po ». La militante franco-palestinienne Rima Hassan, septième sur la liste LFI, enregistre ainsi plus de 800 000 mentions et 2,5 millions d’engagements, des scores qui ont doublé depuis le mois dernier.

« Ainsi Rima Hassan, en première ligne sur le sujet, est en train de devenir une véritable égérie de la jeunesse sur les réseaux sociaux », note Mascaret. Sur ce terrain, « alors qu’elle n’est que 7e sur la liste des Insoumis, elle devance nettement la tête de liste Manon Aubry comme de nombreux hommes politiques installés depuis des années ».

En queue de peloton des principaux partis politiques pour ces élections européennes : Reconquête, dont la liste conduite par Marion Maréchal perd 1,5 point à 5,5 %, et le Parti communiste : Léon Deffontaines est à 2,5 %, un score identique à celui réalisé en 2019 par le PCF.

*Méthodologie

L’enquête a été réalisée les 25 et 26 avril 2024, sur Internet, auprès d’un échantillon de 1 005 Français, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Chaque sondage présente une incertitude statistique que l’on appelle marge d’erreur. La marge d’erreur dépend de la taille de l’échantillon ainsi que du pourcentage observé, elle varie entre plus ou moins 2,0 et 4,3 points. Par exemple, dans un échantillon de 1 000 personnes, si le pourcentage observé est de 20 % ou de 80 %, la marge d’erreur est égale à 2,5 points : le pourcentage réel est donc compris entre 17,5 % et 22,5 %.

Les intentions de vote qui figurent dans ce rapport sont établies auprès des personnes inscrites sur les listes électorales (916 personnes) étant certaines d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote, soit 498 individus.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Sondage européennes 2024 : Bardella creuse l’écart, Hayer dévisse, Glucksmann en embuscade
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le