Sondage: popularité en légère baisse pour Macron et Philippe

Sondage: popularité en légère baisse pour Macron et Philippe

Près de six Français sur dix déclarent avoir une "bonne opinion" d'Emmanuel Macron et de son Premier ministre Edouard Philippe,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Près de six Français sur dix déclarent avoir une "bonne opinion" d'Emmanuel Macron et de son Premier ministre Edouard Philippe, un niveau de popularité en légère baisse un mois après leur entrée en fonctions, selon un sondage BVA publié mercredi.

Le classement de la cote d'influence des personnalités montre lui aussi une tendance générale à la baisse, selon ce baromètre réalisé pour La Tribune et Orange.

Le chef de l'Etat, en recul de trois points sur un mois, recueille 59% de "bonnes opinions" (14% "très bonne", 45% "plutôt bonne") contre 39% de mauvaises opinions (14% "très mauvaise", 25% "plutôt mauvaise") et 2% des personnes interrogées qui ne se prononcent pas.

Ce mouvement à la baisse "s'observe classiquement dans les premiers mois d'exercice du pouvoir. Il intervient de manière relativement précoce pour Emmanuel Macron mais demeure pour le moment contenu", relève l'institut.

Edouard Philippe recueille lui 57% de bonnes opinions en tant que Premier ministre, en baisse de deux points. 8% des sondés ont de lui une "très bonne" opinion, 49% une opinion "plutôt bonne", contre 38% de mauvaises opinions (13% "très mauvaise", 25% "plutôt mauvaise"). 5% ne se prononcent pas.

Nicolas Hulot, le ministre de l'Ecologie, reste en tête du classement des personnalités, malgré un recul de trois points. 55% des personnes interrogées, contre 58% il y a un mois, souhaitent qu'il ait "davantage d'influence", loin devant Alain Juppé (37%, -2) et Bruno Le Maire (36%, +1). Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, poids lourd du gouvernement, perd huit points à 34% et celui de l'Intérieur, Gérard Collomb, sept points à 25%.

Le plus fort recul est celui de François Bayrou, dont le parti, le MoDem, fait l'objet d'une enquête sur l'emploi de ses assistants parlementaires européens: il chute de 12 points à 20%, selon ce sondage réalisé avant l'annonce mercredi de son départ du gouvernement.

A l'inverse, la présidente du Front national Marine Le Pen gagne cinq points à 31%.

Enquête réalisée en ligne les 19 et 20 juin auprès d'un échantillon de 1.187 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le