Sondage : pour 40% des Français, depuis l’élection de Macron, la situation de la France ne s’améliore pas

Sondage : pour 40% des Français, depuis l’élection de Macron, la situation de la France ne s’améliore pas

Selon notre sondage OpinionWay pour Public Sénat, Les Échos et Radio Classique, réalisé l’Épreuve de vérité avec Jean-François Copé, 40% des Français estiment que la situation de la France ne s’améliore pas depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Un an après l’élection d’Emmanuel Macron, c’est l’heure d’un premier bilan de l’impact des  réformes  du gouvernement dans l’opinion. Et les Français sont partagés sur cette question. Pour 23% d’entre eux, la situation de la France s’améliore, pour 35%, elle se détériore, tandis que 40% considèrent que la situation du pays ne change pas vraiment.

sondage2.jpg

Dans le cadre de l’émission l’Épreuve de vérité, avec cette semaine l’ancien ministre et actuel maire LR de Meaux, Jean-François Copé, OpinionWay a interrogé les Français sur le « plan Borloo ». Un texte remis à la fin du mois dernier au premier ministre Édouard Philippe par l’ancien ministre de la ville de Nicolas Sarkozy et qui propose notamment la création d’un fonds de 5 milliards d’euros destiné « à faire revenir la République » dans les quartiers. Pour 53% des personnes interrogées, ce plan ne sera pas efficace pour améliorer la situation des quartiers, 43% pensent à l’inverse qu’il sera efficace et 4% ne se prononcent pas.

sondage1.jpg

Méthodologie

Échantillon de 1017 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégories socioprofessionnelles, de catégorie d’agglomération et de région de résidence

L’échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (ComputerAssistedWebInterview).

Les interviews ont été réalisées les 2 et 3 mai 2018.

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le