Sondage: près des deux tiers des Français “déçus” après un an de présidence Macron

Sondage: près des deux tiers des Français “déçus” après un an de présidence Macron

Près des deux tiers (64%) des Français se disent "déçus" de l'action d'Emmanuel Macron un après son élection à la présidence de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Près des deux tiers (64%) des Français se disent "déçus" de l'action d'Emmanuel Macron un après son élection à la présidence de la République, selon un sondage Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions publié mercredi.

Dans le détail, parmi ces 64%, 36% des personnes interrogées se disent "plutôt déçues" et 28% "très déçues". Un total de 36% se disent par ailleurs "satisfaites" (32% "plutôt" et 4% "très").

Les Français sont en outre partagés lorsqu'ils s'agit d'évaluer l'évolution de la France depuis un an. Pour 37% d'entre eux, "la France ne va ni mieux ni plus mal" et "rien ne change" depuis l'élection de M. Macron, tandis que 36% considèrent que "la France va plus mal" (29% pensent que "c'est en partie à cause de la politique d'Emmanuel Macron et du gouvernement" tandis que 7% jugent que "ce n'est pas lié"). A l'inverse, 27% considèrent que "la France va mieux" (17% grâce à la politique menée, 10% sans lien avec cette politique).

Invités à se prononcer sur deux mesures "en cours de discussion" (la réforme de la SNCF et la loi asile et immigration), un total de 62% approuvent la première tandis que 52% désapprouvent la seconde.

Concernant les mesures déjà adoptées, 68% approuvent la loi sur la moralisation de la vie politique, mais 57% désapprouvent la réforme du travail et 69% "les mesures fiscales dans leur ensemble (hausse de la CSG, suppression de la taxe d'habitation, réforme de l'ISF, suppression des APL et mise en place de la flat tax à 30%)".

Au final, "en tenant compte de la personnalité et de l'action" d'Emmanuel Macron, 46% des Français considèrent qu'il n'est "ni de gauche, ni de droite, ni du centre", tandis que 35% le placent à "droite" de l'échiquier politique, 15% au "centre" et 4% à "gauche".

Sondage effectué du 20 au 21 avril 2018 selon la méthode des quotas auprès de 1.013 personnes âgées d'au moins 18 ans, et interrogées par internet.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le