Soupçons d’emplois fictifs : une « déstabilisation politique » selon Rachline

Soupçons d’emplois fictifs : une « déstabilisation politique » selon Rachline

Mis en cause dans une affaire d’emplois fictifs au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, le sénateur FN et directeur de campagne de Marine Le Pen, David Rachline, y voit une tentative de « déstabilisation  politique » d’un « pouvoir aux abois ».
Public Sénat

Par Public Sénat avec l'AFP

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est une nouvelle révélation du Canard Enchaîné qui pourrait embarrasser Marine Le Pen dans la dernière ligne droite de sa campagne présidentielle. Une enquête préliminaire a été ouverte, mardi, à Lille sur des soupçons d’emplois fictifs au groupe FN du conseil régional Nord-Pas-de-Calais entre 2010 et 2015. « Le groupe Front national » alors présidé par Marine Le Pen, et David Rachline, l'actuel directeur de campagne de la candidate à l'élection présidentielle, « font partie des soupçonnés », a ajouté la source proche de l'enquête à l’AFP, précisant que l'enquête a été ouverte après une dénonciation anonyme au parquet de Paris.

Selon l'hebdomadaire satirique, les magistrats soupçonnent Marine Le Pen « d'avoir préparé la campagne présidentielle de 2012 depuis le conseil régional, en utilisant les moyens humains et matériels de la collectivité ». Quant à David Rachline, il « a été salarié par le groupe FN du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Alors que l'actuel sénateur-maire de Fréjus a été élu conseiller régional de Le Pen père en Paca », affirme Le Canard Enchaîné. Invité de la matinale LCP, Le sénateur FN confirme avoir été salarié pour la région Nord-Pas-de-Calais. « Ca a duré 3 mois, le contrat (…) et c’était il y a 7 ans, je le rappelle. Et aujourd’hui on vient faire du bruit autour de ce dossier à 15 jours de l’élection présidentielle » a-t-il déclaré avant d’ajouter avoir la certitude d’être sur écoute.

Conseillé municipal de la ville de Fréjus en 2008 avant d’en être élu maire en 2014, David Rachline a été également conseiller régional de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur de mars 2010 à octobre 2014. Selon sa « déclaration d'intérêts et d'activités » déposée le 28 novembre dernier auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), M. Rachline a perçu auprès du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais 11.000 euros nets pour une courte période de trois mois en 2010 (de janvier à mars).  En tant qu’ « assistant de groupe », précise ce document, disponible sur le site de cette instance. « Tout le monde sait que je travaille depuis longtemps avec Marine (Le Pen) (...) Tout le monde sait que le pouvoir est aux abois, qu’il souhaite déstabiliser un certain nombre de candidatures, la notre particulièrement (…) On connait les méthodes des amis de Monsieur Hollande. Ce n’est pas une grande surprise » a ajouté David Rachline.

Au début des années 2010, David Rachline a notamment été coordinateur de la campagne web de Marine Le Pen et secrétaire national FN à la communication numérique en 2011-2012.

Dans la même thématique

fra: D Day -International commemorative ceremony at Omaha Beach
11min

Politique

Législatives 2024 : ces circonscriptions où la majorité ne présente pas de candidat face aux LR et à quelques PS

Pour « lutter dès le premier tour contre les extrêmes », la majorité présidentielle a décidé de ne pas présenter de candidat dans une soixantaine de circonscriptions. De quoi peut-être lui permettre de trouver une majorité après le 7 juillet. Si les LR expliquent rester sur une ligne d’autonomie, dans le Nord, le parti a pourtant décidé de ne pas présenter de candidat face à certains candidats soutenus par le parti d’Emmanuel Macron.

Le

Paris : Francois Hollande 20 heures sur TF1
4min

Politique

Ces candidats qui font leur grand retour aux législatives

Ils ont été ministres ou Président de la République, ont quitté la vie politique … et choisissent d’y revenir pour les élections législatives. Voici un aperçu des candidats qui font leur retour sur le devant de la scène à l’occasion des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains.

Le