Soupçons envers un proche de Valls déjà dans le viseur de la justice

Soupçons envers un proche de Valls déjà dans le viseur de la justice

La justice a élargi son enquête sur Philippe Doucet, porte-parole de Manuel Valls pour la campagne de la primaire de gauche,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La justice a élargi son enquête sur Philippe Doucet, porte-parole de Manuel Valls pour la campagne de la primaire de gauche, soupçonné d'avoir commis des irrégularités dans la gestion d'Argenteuil (Val-d'Oise) dont il fut maire de 2008 à 2014, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Ce député socialiste du Val-d'Oise, âgé de 55 ans, est visé par une enquête, confiée à un juge d'instruction depuis février 2015, qui porte sur la passation de certains marchés publics et de possibles emplois fictifs.

La mairie d'Argenteuil avait déposé plainte en juillet et septembre 2014, quelques mois après l'élection du nouveau maire Georges Mothron (LR). Elle dénonçait notamment l'absence de mise en concurrence dans le cadre de marchés d'assainissement des eaux passés par l'ancienne équipe municipale.

L'enquête porte également sur l'hebdomadaire L'Argenteuillais, dont la publication aurait été confiée, sans appel d'offres, à la société d'un élu municipal du Val-d'Oise, proche de Philippe Doucet.

Les investigations ont aussi mis en lumière, qu'à partir de son élection aux législatives de juin 2012, trois personnes payées comme chargées de mission de la mairie d'Argenteuil auraient en réalité été employées comme assistantes parlementaires du député. "Le montant des salaires indûment versés seraient de plus de 95.000 euros", selon une source proche du dossier, confirmant une information du Parisien.

Le parquet national financier (PNF) a pris le 5 septembre un réquisitoire supplétif, autorisant le juge Serge Tournaire à enquêter sur des faits nouveaux, portant sur un marché d'assainissement des eaux passé par la communauté d'agglomération d'Argenteuil-Bezons, dont Philippe Doucet était le président de 2008 à 2015.

"Je n'ai jamais été mis en cause, ni même convoqué et n'ai donc jamais pu m'expliquer sur l'ensemble de ces faits que je conteste avec la plus grande vigueur", a réagi Philippe Doucet, dans un communiqué transmis à l'AFP.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Soupçons envers un proche de Valls déjà dans le viseur de la justice
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le