Soutien à l’Ukraine : « On entraîne la France dans un engrenage terrible », juge Nicolas Dupont-Aignan

Invité de Bonjour Chez Vous mercredi 13 mars, le député non-inscrit a justifié son opposition à l’accord bilatéral de sécurité signé entre la France et l’Ukraine et débattu hier à l’Assemblée nationale. Selon lui, la France doit arrêter de soutenir le régime de Volodymyr Zelensky.
Stephane Duguet

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Son vote figure dans la liste des 99 « contre ». Nicolas Dupont-Aignan, président du parti souverainiste Debout la France et député non-inscrit de l’Essonne s’est opposé à l’accord bilatéral de sécurité entre la France et l’Ukraine sur lequel les députés étaient appelés à s’exprimer hier avant les sénateurs ce mercredi. L’ancien maire de Yerres (Essonne) a justifié son choix sur Public Sénat : « Je vote contre parce qu’il est temps de siffler la fin d’une tragédie. C’est une tragédie pour le peuple ukrainien, pour les Russes et pour les Européens ».

Opposition au soutien occidental de l’Ukraine

En décidant de s’opposer à cet accord bilatéral, Nicolas Dupont-Aignan se distingue de Marine Le Pen à qui il s’était allié au second tour de l’élection présidentielle de 2022. La cheffe des députés Rassemblement National s’est abstenue comme les 88 élus de son groupe. « Elle a fait un discours très bien, je m’en tiens au discours, elle fait ce qu’elle veut en termes de vote », balaie le président de Debout la France.

Selon le député, avec cet accord qui scelle la coopération militaire entre la France et l’Ukraine pour faire face à l’invasion russe, le gouvernement entraîne « la France dans un engrenage terrible et l’Europe dans un suicide ». Il y voit « le passage du soutien au conflit avec la Russie », ajoutant que « la France est au bord de la faillite » et donc qu’elle ne devrait pas mettre des moyens pour aider l’Ukraine. L’accord bilatéral prévoit 3 milliards d’euros d’aide militaire pour 2024 qui se matérialiseront par la fourniture d’équipements ou la dispense de formations aux soldats ukrainiens.

Le règlement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine aura lieu, selon Nicolas Dupont-Aignan « quand l’OTAN, l’Europe occidentale et les Etats-Unis auront l’intelligence de retirer les bases qu’ils ont installées secrètement aux portes de la Russie, un statut de neutralité pour l’Ukraine et le respect des accords de Minsk ». Il accuse Volodymyr Zelensky, le président Ukrainien, de vouloir poursuivre la guerre « parce qu’il est soutenu par les Occidentaux». « Si on arrête la livraison d’armes, il s’arrêtera dans l’instant parce qu’il est porté à bout de bras par le contribuable », insiste le député.

Liste Debout la France aux élections européennes

Sa vision du conflit entre l’Ukraine et la Russie sera portée par une liste Debout la France aux élections européennes du mois de juin. Nicolas Dupont-Aignan a annoncé dans Bonjour Chez Vous qu’il dévoilera les candidats la semaine prochaine. Debout la France ne se joindra donc ni à la liste Rassemblement National de Jordan Bardella ni à celle de Reconquête ! menée par Marion Maréchal Le Pen. « Les européennes, c’est un scrutin à un tour, c’est comme une course hippique, chaque parti à son cheval », rétorque-t-il appelant pour les élections suivantes à une « coalition de tous ceux qui aiment la France ».

 

Dans la même thématique

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le