Soutien de Raffarin à Macron: “clarification nécessaire” pour LR

Soutien de Raffarin à Macron: “clarification nécessaire” pour LR

"Clarification nécessaire": plusieurs membres des Républicains (LR) ont regretté mardi le soutien de l'ancien Premier ministre...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

"Clarification nécessaire": plusieurs membres des Républicains (LR) ont regretté mardi le soutien de l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à Emmanuel Macron pour les élections européennes, Jean-François Copé accusant de son côté Laurent Wauquiez de jeter des "anathèmes".

"La clarification était nécessaire", a réagi sur France Inter François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes. "Il faut aller au bout de sa démarche, il me semblerait normal qu'il rejoigne LREM mais il n'y a aucun jugement moral".

L'ancien Premier ministre (2002-2005) de Jacques Chirac, a annoncé son soutien à Emmanuel Macron pour les élections européennes, dans un entretien publié lundi soir par Le Figaro, après la publication par le président d'une tribune fixant les grandes lignes de son projet pour les européennes.

C'est "tout sauf une surprise", pour l'eurodéputé LR Brice Hortefeux. Mais "comprendre sa position devient de plus en plus difficile: il veut rester aux Républicains mais appelle à voter pour une liste contre les Républicains".

L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy "regrette (que M. Raffarin) ne vienne pas présenter sa position dans sa famille, ça aurait été amical et utile".

Le président de LR Laurent Wauquiez avait écrit à M. Raffarin pour lui demander de venir s'exprimer devant le bureau politique de LR, instance dont il est membre de droit en tant qu'ancien Premier ministre.

Théoricien de la droite "constructive" après l'élection d'Emmanuel Macron, M. Raffarin assure que son soutien au chef de l'Etat pour les européennes n'est "pas un choix de politique intérieure" et plaide pour un "Epinay de la droite et du centre" après le scrutin.

"Tout cela est parti de la lettre comminatoire" de Laurent Wauquiez, a jugé Jean-François Copé, ancien président de l'UMP sur Public Sénat. "Ce n'est pas sûr que ce soit génial de jeter l’anathème sur des personnalités plus centristes", a-t-il ajouté.

De son côté, l'eurodéputée LR Nadine Morano "regrette" ce "choix". Selon elle, "M. Raffarin a besoin d'être dans les petits papiers du président et donc accepte les situations creuses et le chaos dans lequel est la France aujourd'hui".

Dans la même thématique

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le