Stade de France : Gérald Darmanin affirme que l’utilisation du gaz lacrymogène « a sauvé des vies »

Stade de France : Gérald Darmanin affirme que l’utilisation du gaz lacrymogène « a sauvé des vies »

Auditionné par le Sénat sur les failles du dispositif de sécurité lors de la finale de la ligue des champions, Gérald Darmanin a esquissé un mea culpa sur l’usage des gaz lacrymogène. Toutefois, selon lui, son utilisation a permis de « sauver un certain nombre personnes de l’écrasement ».
Simon Barbarit

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Il y a eu des gestes inappropriés et disproportionnés de la part d’un certain nombre de policiers ou de gendarmes mobiles ». Il aura fallu attendre la fin de son propos préliminaire pour que le locataire de Beauvau reconnaisse des erreurs dans le maintien de l’ordre aux abords du Stade de France, samedi soir. Un mea culpa tout en maîtrise car selon lui « les décisions qui ont été prises ont permis de sauver des vies ».

Les images des forces de l’ordre gazant des supporters pacifiques ont marqué l’opinion. Gérald Darmanin indique que l’IGPN a été saisi de deux cas. « Des individualités ont pris des actes disproportionnés, des sanctions seront prises et je les communiquerai », a précisé le ministre de l’Intérieur. La semaine prochaine, un dispositif de dépôt de plainte sera mis en place à Madrid et à Liverpool, « les Anglais et les Espagnols pourront saisir l’IGPN. On leur expliquera (comment faire) », assure-t-il avant d’ajouter. « J’ai vu personnellement deux faits où manifestement l’usage du gaz lacrymogène était contraire aux règles d’emploi et j’ai demandé et j’ai demandé des sanctions au préfet de police ».

Toutefois, le ministre de l’Intérieur prend soin de rappeler le contexte. « Pour faire reculer une foule qui va connaître un écrasement, les policiers et les gendarmes ont utilisé des moyens de dispersion […] les CRS et les gendarmes mobiles n’avaient pas d’autres moyens de faire disperser la foule sinon c’était des grenades anti rassemblement ou des LBD », explique-t-il. « Je comprends de donner des ordres sur votre fauteuil, je ne sais pas exactement comment disperser une foule, sans utiliser des moyens de dispersion qui étaient les seuls à la disposition des policiers. Il n’y a pas eu un blessé grave et pas un mort, c’est le comportement des forces de l’ordre qui a permis cela », a réitéré Gérald Darmanin un peu plus tard dans l’audition.

Gérald Darmanin réaffirme que « le gaz lacrymogène a permis de sauver un certain nombre personnes de l’écrasement. Il aussi causé de gros dégâts sur les enfants. Je voudrais m’en excuser et des sanctions seront prises », conclut-il. Réinterrogé sur la question, Gérald Darmanin a maintenu ses explications, et ses « excuses », « aux détenteurs de vrais billets ou les publics vulnérables, comme les enfants, les femmes enceintes, ou les personnes handicapées. » Le ministre de l’Intérieur a ajouté : « J’entends que qu’une partie des images puissent être choquantes. »

 

Dans la même thématique

Stade de France : Gérald Darmanin affirme que l’utilisation du gaz lacrymogène « a sauvé des vies »
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le