Stanislas Guérini : « Xavier Bertrand nous parle de son destin présidentiel matin, midi et soir »

Stanislas Guérini : « Xavier Bertrand nous parle de son destin présidentiel matin, midi et soir »

Invité de la matinale de Public Sénat ce vendredi, le délégué général de la République en marche est revenu sur les élections régionales, et plus particulièrement sur la région des Hauts de France où Xavier Bertrand est en tête des sondages. Mais pour Stanislas Guerini, le président sortant du Conseil régional penserait davantage à son avenir élyséen qu’au scrutin local qui aura lieu dans un mois. La campagne est donc bel et bien lancée.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Stanislas Guerini semble avoir bien du mal à accepter le statut de favori de Xavier Bertrand dans les intentions de vote. Interrogé sur le dernier sondage Ifop-Fiducial donnant le président sortant de la région des Hauts de France gagnant au premier (35 % devant la liste RN à 32 % et l’union de la gauche à 20 %) comme au second tour (44 % contre 34 % pour le RN et 22 % pour la gauche), le patron de la République en Marche ne s’est pas fait prier pour tacler Xavier Bertrand.

« J’ai l’impression qu’on avait oublié un instant qu’il y avait une élection régionale dans les Hauts de France, puisque certains avaient un peu la tête à autre chose. A un moment, Xavier Bertrand ne nous parlait que de son destin présidentiel matin, midi et soir », a-t-il lancé.

« L’objectif est de battre le Rassemblement national »

« Pour nous cette élection régionale est vraiment une élection régionale. Si notre candidat Laurent Pietraszewski (10 % d’intention de vote au premier tour selon ce même sondage, NDLR) gagne cette élection, il sera à la tête du conseil régional. Xavier Bertrand, lui, a dit que dans tous les cas de figure, il quitterait la région. Il l’a dit de façon très claire : s’il gagne, il ne siégera pas car il aura son destin national et s’il perd, il quitte la vie politique et donc la région. Donc, il se présente à une élection en quittant la région quoiqu’il arrive, c’est un peu paradoxal », a fustigé le patron du parti de la majorité présidentielle.

« Nous sommes entrants dans cette élection, ce n’est pas toujours facile, mais il faut que la majorité présidentielle soit représentée », a-t-il ajouté en précisant que durant l’entre-deux tours, son mouvement « appellera les uns et les autres à prendre leur responsabilité face au Rassemblement national ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le