Stéphane Le Foll « doit son élection à la bienveillance » de LREM, tacle Stéphane Troussel (PS)

Stéphane Le Foll « doit son élection à la bienveillance » de LREM, tacle Stéphane Troussel (PS)

En prenant soin de ne pas le citer nommément, le président du département de la Seine-Saint-Denis raille la candidature de Stéphane Le Foll à la tête du PS. S’il n’adoube aucun candidat pour le moment, Stéphane Troussel considère que le parti ne peut pas faire l’économie d’un « travail d’inventaire. »
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos ce vendredi, Stéphane Troussel donne le ton de l’élection interne du parti socialiste. Pour le moment, quatre candidats déclarés convoitent le poste de premier secrétaire : le hollandais Stéphane Le Foll, l’ancien vallsiste Luc Carvounas, Olivier Faure et Emmanuel Maurel. Sans se prononcer sur le candidat qu’il compte soutenir, Stéphane Troussel écarte la candidature de Stéphane Le Foll. « Je ne vois pas comment on peut être le chef d’un parti qui se dit dans l’opposition quand on doit son élection à la bienveillance de la majorité », tacle-t-il.

« Le travail de refondation doit commencer par un droit d’inventaire », juge Stéphane Troussel.  

Sans le viser ad hominem, Stéphane Troussel critique donc l’ancien ministre de l’agriculture sur sa supposée proximité avec En marche. Autre point d’achoppement : « le travail d’inventaire. » Stéphane Le Foll, très proche de François Hollande, pourrait effectivement se faire le défenseur du bilan du précédent quinquennat. « Le travail de refondation doit commencer par un droit d’inventaire », insiste Stéphane Troussel.  

PS : « Le travail de refondation doit commencer par un travail d'inventaire », estime Stéphane Troussel
01:12

« En 2012, nous administrions après peu près tous les niveaux de responsabilité dans ce pays et dès l’automne 2012 nous avons perdu systématiquement tous les scrutins », note Stéphane Troussel. Lui qui a soutenu Benoît Hamon pendant la primaire socialiste prend soin de dater l’échec du PS au début du quinquennat Hollande. 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le