Stéphane Le Foll : « J’ai une capacité à porter cette voix du PS »

Stéphane Le Foll : « J’ai une capacité à porter cette voix du PS »

L’ancien ministre, qui est l’un des cinq candidats déclarés au poste de futur premier secrétaire du Parti socialiste, a défendu dans « l’Épreuve de vérité » ses « atouts » pour pouvoir l’emporter : son expérience et son passé de porte-parole.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Ma candidature a une justification ». Invité de l’Épreuve de vérité sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, Les Échos et Radio Classique, Stéphane Le Foll a essayé de se démarquer de ses quatre concurrents dans la course pour le poste de premier secrétaire du Parti socialiste. « Je pense que ce qui m’est souvent reproché – l’expérience que j’ai, le fait que j’ai été porte-parole [du gouvernement] – ça peut au contraire être un atout  pour pouvoir, et rénover, adapter le Parti socialiste, et en même temps, existe dans le débat public », a-t-il mis en avant. « Je pense que j’ai une capacité à porter cette voix du Parti socialiste ».

L’ancien ministre de l’Agriculture, qui veut faire campagne sur l’écologie, les questions liées au travail ou aux inégalités de patrimoine,  fait donc de son succès à l’élection interne de mars un prérequis pour que le PS redevienne audible. Selon lui, on ne pourra « adapter » et « renouveler » le parti « que si on est entendu ».

 « Si on n’a pas un débat un peu clair cette fois-ci, les problèmes, ce n’est pas moi qui les porterai »

Hollandais historique, celui qui est aujourd’hui député de la Sarthe a également assumé sa « loyauté » vis-à-vis de l’ancien président de la République. « Cela m’est reproché aujourd’hui, au contraire, c’est une vraie valeur ! Il y a suffisamment de trahisons pour que les gens qui sont fidèles et loyaux aient quand même aussi un mot à dire ».

Alors que plusieurs responsables socialistes poussent Luc Carvounas, Olivier Faure et Stéphane Le Foll à regrouper leur candidature, en raison de leur forte proximité idéologique, l’ancien porte-parole du gouvernement met en garde contre les risques d’une énième « synthèse hollandaise », sans trancher les positions des uns et des autres. « Si on repart comme cela, on risque de se retrouver après le congrès avec des sujets qui n’auront pas été traités ». « Je sais une chose, c’est que si on n’a pas un débat un peu clair cette fois-ci, les problèmes, ce n’est pas moi qui les porterai », prévient-il.

PS : Stéphane Le Foll met en garde contre le risque d'une nouvelle synthèse hollandaise
03:32

Lire aussi : David Assouline appelle ses amis socialistes « à ne pas rejouer les combats anciens »

Refusant de faire des « commentaires » sur ses adversaires dans l’interview, Stéphane Le Foll a toutefois égratigné Delphine Batho, qui compare le PS à une « petite mafia politique » et qui espère « changer le système ». « C’est quoi le système ? Quel est le reproche qui est fait exactement, et à qui ? », s’interroge Stéphane Le Foll. « Si c’est pour reprocher à tout le monde, et en même temps ne pas proposer des choses plus claires… Je ne sais pas ce que veut dire Delphine. »

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le