Suppression du dessin de presse au New York Times : « Une solution radicale et de facilité », selon le dessinateur Xavier Gorce

Suppression du dessin de presse au New York Times : « Une solution radicale et de facilité », selon le dessinateur Xavier Gorce

Invité de l’émission « On va plus loin », le dessinateur Xavier Gorce, réagit à l’annonce de la suppression du dessin de presse dans l’édition internationale du New York Times. Il raconte également son combat pour faire reconnaître le dessin de presse comme un droit international, par l’Unesco.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Un mois après la polémique autour de la publication d’une caricature controversée, le New York Times a annoncé renoncer à publier des dessins politiques à partir du 1er juillet, dans sa version internationale.

« Je suis surpris parce que l’on n’a pas l’habitude de voir comme ça des espaces de dessins de presse qui se réduisent de façon aussi brutale et aussi radicale » réagit le dessinateur Xavier Gorce, sur le plateau d’« On va plus loin ». « C’est très étonnant de voir qu’à cause d’un dessin, finalement c’est tout un espace de dessins qui est supprimé (…) Ce qui est un peu étrange là-dedans c’est qu’on a l’impression que, comme dans un troupeau de vaches quand il y a une vache malade, on liquide tout le troupeau. Là, il y a un dessin qui pose problème et on supprime le dessin de presse. C’est une solution radicale et de facilité. »

« Le dessin de presse comme un droit fondamental »

Xavier Gorce a entamé des démarches auprès de l’Unesco, afin de protéger le dessin de presse : « Avec un collectif de dessinateurs de presse, on a lancé une campagne de signatures pour porter une déclaration au niveau de l’Unesco. Là, actuellement on est à peu près à 250 signatures de dessinateurs du monde entier. L’idée c’est de faire en sorte qu’au niveau de l’Unesco, on reconnaisse le dessin de presse comme un droit fondamental (…) Le dessin a une spécificité, il utilise l’humour, la dérision, la moquerie, la caricature etc. Et on voit que c’est la chose qui pose le plus de problèmes. L’humour, ça désacralise (…) L’humour, ça se moque des gens qui veulent sacraliser des choses pour éviter d’avoir de la contestation. Donc c’est vrai des pouvoirs politiques, des pouvoirs religieux, des pouvoirs économiques. »

Et de conclure : « Il y a une frilosité qui est en train de s’emparer un petit peu de l’ensemble de l’espace public. Et pour revenir à cette histoire du New York Times, on sent une frilosité des éditeurs par rapport à cette montée de l’intolérance sur les réseaux sociaux. Et c’est ça qui est un peu inquiétant. Parce que si les éditeurs, les rédactions, ne sont plus capables d’assumer des choses qui sont un peu clivantes et un peu provocatrices, on va arriver à un lissage complet de l’expression. »

 

Vous pouvez voir et revoir cet entretien, en intégralité :

OVPL. Entretien avec le dessinateur Xavier Gorce (en intégralité)
08:13

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Suppression du dessin de presse au New York Times : « Une solution radicale et de facilité », selon le dessinateur Xavier Gorce
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le