Sur l’immigration, « il n’y a pas de moratoire possible », estime Éric Woerth

Sur l’immigration, « il n’y a pas de moratoire possible », estime Éric Woerth

Invité lundi de la matinale de Public Sénat, le député LR Éric Woerth s’est montré plus nuancé que les candidats à l’investiture de son parti sur la question de l’immigration. Face à la fermeté affichée par les postulants, l’ancien ministre du Budget estime que la vraie question doit être « celle de l’intégration ou de l’assimilation ».
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Une fois de plus, l’immigration s’est imposée comme l’un des thèmes centraux du débat - le troisième - qui a opposé les cinq candidats à l’investiture LR pour la présidentielle dimanche soir. Chacun y allant de sa proposition pour limiter l’arrivée d’étrangers dans le pays : du « passeport républicain » défendu par Xavier Bertrand au droit du sang pour lequel milite d’Éric Ciotti, en passant par le système de quotas voulu par Valérie Pécresse, ou encore le « moratoire » de Michel Barnier. Déjà samedi, dans les colonnes du Parisien, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, dénonçait « l’obsession immigrationniste » de son ancienne famille politique, estimant que Les Républicains « singent Zemmour où Le Pen ».

« Gérald Darmanin monte un peu le ton, il était lui-même Républicain il n’y a pas si longtemps, il est ministre de l’Intérieur, il faut qu’il rétablisse l’ordre… déjà dans sa propre pensée ! », a ironisé lundi au micro de « Bonjour chez vous », sur Public Sénat, le député LR Éric Woerth. L’ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy affiche toutefois une position plus mesurée que celle des candidats à l’investiture de son parti sur ce sujet. « Il y a un niveau d’immigration plus élevé qu’il y a dix ans, mais pas énormément plus élevé. La question c’est celle de l’intégration ou de l’assimilation », estime-t-il. « Toutes les politiques publiques doivent en découler comme les politiques européennes. Il ne peut pas y avoir de politiques migratoires différentes entre les États. »

« Le grand remplacement, ce sera celui de Le Pen par Zemmour ! »

« Il faut une immigration en France. C’est absolument nécessaire, il n’y a pas de moratoire possible », assure Éric Woerth. « Mais il faut une volonté absolue de contrôler cette immigration », assure celui qui est également président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale. Il tient ainsi à tordre le cou à la théorie complotiste du grand remplacement, souvent évoquée à l’extrême droite de l’échiquier politique, notamment par le polémiste Éric Zemmour et Marion Maréchal. Mais qui fait aussi des émules à la droite de la droite, puisqu’Éric Ciotti a indiqué à plusieurs reprises au cours des dernières semaines y adhérer. « Le grand remplacement, ce sera celui de Le Pen par Zemmour ! », tacle Éric Woerth. « Il n’y a pas de grand remplacement, tout le monde peut venir sur des plateaux de télévision et amener des chiffres faux », s’agace-t-il.

Également interrogé sur le candidat qui aura sa préférence lors du vote des militants LR les 2 et 4 décembre, Éric Woerth avoue n’avoir pas encore fait son choix. « Je trouve que personne n’émerge vraiment, ils sont tous bons », balaye-t-il. Avec un regret toutefois : « On ressasse les mêmes idées qu’en 2007 et 2012. On est toujours sur les mêmes sujets », relève-t-il, en pointant l’importance accordée aux thématiques régaliennes.

>> Lire aussi : Immigration : quand le Sénat durcissait les conditions d’obtention des visas, contre l’avis du gouvernement

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Sur l’immigration, « il n’y a pas de moratoire possible », estime Éric Woerth
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le